Au départ du North Sea Port, Volvo Cars exporte par train, plusieurs fois par semaine, des voitures qui seront vendues en Chine, en Italie et en Autriche. Le premier convoi ferré chargé de 190 Volvo XC60 en provenance de Chine est arrivée la semaine dernière au Kluizendok à Gand. Il en est ensuite reparti, chargé de 180 XC90, V90 et V60, en direction de la ville chinoise de Xi'an. Cette nouvelle liaison ferroviaire depuis Gand s'inscrit dans la stratégie de Volvo qui souhaite plus de vitesse, de durabilité et moins de dépenses non seulement en ce qui concerne la production, mais aussi la logistique.

En exportant une partie des voitures produites par train et non plus par bateau ou camion, Volvo diminue son impact environnemental et accélère la livraison des voitures à leur destination finale. "Nous souhaitons en effet que nos produits arrivent le plus vite possible chez le client. Avec cette nouvelle liaison ferroviaire à côté du site de Volvo Car Gand, nous sommes en mesure de réduire de moitié le délai d'attente pour les acheteurs de nos produits. Cela prouve que nous mettons tout en ?uvre pour organiser nos chaînes d'approvisionnement de façon aussi durable et efficace que possible", explique Stefan Fesser, CEO de Volvo Car Gand.

C'est l'opérateur ferroviaire Lineas qui s'occupe de la gestion des trains chargés de Volvo destinées à l'export vers la Chine et l'Italie, au départ du North Sea Port. Les trains pour l'Italie sont quant à eux chargés au terminal DFDS au Mercatordok. Le train de/pour la Chine arrive et part du Kluizendok. Cette nouvelle organisation a permis à Volvo Car de supprimer quelque 5.000 camions par an de nos routes, soit 150 poids lourds sur une base hebdomadaire.(Belga)

Au départ du North Sea Port, Volvo Cars exporte par train, plusieurs fois par semaine, des voitures qui seront vendues en Chine, en Italie et en Autriche. Le premier convoi ferré chargé de 190 Volvo XC60 en provenance de Chine est arrivée la semaine dernière au Kluizendok à Gand. Il en est ensuite reparti, chargé de 180 XC90, V90 et V60, en direction de la ville chinoise de Xi'an. Cette nouvelle liaison ferroviaire depuis Gand s'inscrit dans la stratégie de Volvo qui souhaite plus de vitesse, de durabilité et moins de dépenses non seulement en ce qui concerne la production, mais aussi la logistique. En exportant une partie des voitures produites par train et non plus par bateau ou camion, Volvo diminue son impact environnemental et accélère la livraison des voitures à leur destination finale. "Nous souhaitons en effet que nos produits arrivent le plus vite possible chez le client. Avec cette nouvelle liaison ferroviaire à côté du site de Volvo Car Gand, nous sommes en mesure de réduire de moitié le délai d'attente pour les acheteurs de nos produits. Cela prouve que nous mettons tout en ?uvre pour organiser nos chaînes d'approvisionnement de façon aussi durable et efficace que possible", explique Stefan Fesser, CEO de Volvo Car Gand. C'est l'opérateur ferroviaire Lineas qui s'occupe de la gestion des trains chargés de Volvo destinées à l'export vers la Chine et l'Italie, au départ du North Sea Port. Les trains pour l'Italie sont quant à eux chargés au terminal DFDS au Mercatordok. Le train de/pour la Chine arrive et part du Kluizendok. Cette nouvelle organisation a permis à Volvo Car de supprimer quelque 5.000 camions par an de nos routes, soit 150 poids lourds sur une base hebdomadaire.(Belga)