Nous sommes en 1951. Pour la première fois après la guerre, le Salon de l'Automobile de Francfort rouvre ses portes. Volkswagen profite de l'occasion pour présenter ses nouveaux véhicules sur un stand de 1.350 m². La marque y reproduit partiellement la ligne d'assemblage de la Coccinelle et une installation lumineuse encore jamais vue à l'époque, presque surréaliste, attire les visiteurs.

Un des moments forts du Salon n'est autre que la première mondiale de la nouvelle camionnette pour le transport de personnes, que Volkswagen nomme sobrement "version spéciale" du minibus à son lancement. Pourtant, les différences avec le Combi traditionnel sont franches. Avec un supplément de presque 3.000 DM initialement, le client peut obtenir toute une série d'équipements exclusifs. À l'extérieur, le Transporter séduit par sa carrosserie arborant une harmonieuse combinaison de deux couleurs, par ses baguettes décoratives en aluminium et par son pare-chocs avant. Le vitrage panoramique avec lanterneaux, qui n'était connu jusque-là que dans le secteur des autocars, a permis au Bulli aux 23 fenêtres de devenir le "bus touristique vitré". En outre, le véhicule est également doté d'un grand toit coulissant de type accordéon, qui donne l'impression aux passagers arrière d'être assis dans un cabriolet. C'est véritablement un car de luxe en petit format que Volkswagen a conçu. Rapidement, les clients trouvent un surnom sympa pour ce modèle: Samba. L'origine exacte n'en est pas claire aujourd'hui. "Samba" pourrait être dérivé de Sonnendach-Ausführung mit besonderem Armaturenbrett (modèle à toit ouvrant avec tableau de bord spécial) ou de Sonder Ausführung mit besonderer Ausstattung (modèle spécial avec équipement spécial).

À l'époque, il n'aurait pas non plus été incongru d'emprunter ce nom à la danse du même nom, qui sonnait exotique et inspirait la joie de vivre. La production en série du minibus WV version spéciale a débuté le 27 juin 1951 pour se terminer en juillet 1967 après presque 100.000 unités construites. Aujourd'hui, les Bulli/Samba sont plus convoités que jamais, ce qui se ressent sur la cote du modèle. Ces dernières années, les modèles en excellent état ont à chaque fois atteint des prix vertigineux aux enchères. Le prix le plus élevé à ce jour pour un Samba est de 302.500 USD. On peut s'offrir des Rolls-Royce ou Ferrari anciennes pour bien moins cher!

Nous sommes en 1951. Pour la première fois après la guerre, le Salon de l'Automobile de Francfort rouvre ses portes. Volkswagen profite de l'occasion pour présenter ses nouveaux véhicules sur un stand de 1.350 m². La marque y reproduit partiellement la ligne d'assemblage de la Coccinelle et une installation lumineuse encore jamais vue à l'époque, presque surréaliste, attire les visiteurs. Un des moments forts du Salon n'est autre que la première mondiale de la nouvelle camionnette pour le transport de personnes, que Volkswagen nomme sobrement "version spéciale" du minibus à son lancement. Pourtant, les différences avec le Combi traditionnel sont franches. Avec un supplément de presque 3.000 DM initialement, le client peut obtenir toute une série d'équipements exclusifs. À l'extérieur, le Transporter séduit par sa carrosserie arborant une harmonieuse combinaison de deux couleurs, par ses baguettes décoratives en aluminium et par son pare-chocs avant. Le vitrage panoramique avec lanterneaux, qui n'était connu jusque-là que dans le secteur des autocars, a permis au Bulli aux 23 fenêtres de devenir le "bus touristique vitré". En outre, le véhicule est également doté d'un grand toit coulissant de type accordéon, qui donne l'impression aux passagers arrière d'être assis dans un cabriolet. C'est véritablement un car de luxe en petit format que Volkswagen a conçu. Rapidement, les clients trouvent un surnom sympa pour ce modèle: Samba. L'origine exacte n'en est pas claire aujourd'hui. "Samba" pourrait être dérivé de Sonnendach-Ausführung mit besonderem Armaturenbrett (modèle à toit ouvrant avec tableau de bord spécial) ou de Sonder Ausführung mit besonderer Ausstattung (modèle spécial avec équipement spécial). À l'époque, il n'aurait pas non plus été incongru d'emprunter ce nom à la danse du même nom, qui sonnait exotique et inspirait la joie de vivre. La production en série du minibus WV version spéciale a débuté le 27 juin 1951 pour se terminer en juillet 1967 après presque 100.000 unités construites. Aujourd'hui, les Bulli/Samba sont plus convoités que jamais, ce qui se ressent sur la cote du modèle. Ces dernières années, les modèles en excellent état ont à chaque fois atteint des prix vertigineux aux enchères. Le prix le plus élevé à ce jour pour un Samba est de 302.500 USD. On peut s'offrir des Rolls-Royce ou Ferrari anciennes pour bien moins cher!