Le 9 mars à Londres, des chercheurs du Samsung Advanced Institute of Technology (SAIT) et du Samsung R&D Institute Japan (SRJ) ont présenté une étude sur les batteries à électrolyte (matière conductrice) solide de haute performance et de longue durée.

Actuellement, les batteries utilisées pour alimenter les voitures électriques vendues en concessions sont de type lithium-ion, qui utilisent des électrolytes liquides. Ces dernières ont comme défaut de générer des "dendrites", c'est-à-dire des excroissances très fines (de l'ordre de quelques centaines de nanomètres d'épaisseur) qui partent de l'électrode de lithium à travers l'électrolyte liquide vers l'électrode positive, ce qui nuit à sa longévité et peut même provoquer un court-circuit, potentiellement suivi d'un incendie. Les batteries utilisant des électrolytes solides sont apparemment plus sûres, tout en supportant le stockage de plus d'énergie.

Samsung semble avoir trouvé une voie intéressante en développant une couche ultrafine de composés d'argent et de carbone en guise d'anode. En outre, les premiers prototypes de Samsung seraient environ 50% plus petit en volume qu'une batterie lithium-ion conventionnelle tout en promettant environ 800 km d'autonomie à un petit véhicule électrique.

De plus, cette nouvelle génération de batterie supporterait jusqu'à 1000 cycles de charge. Bref, la voiture électrique de moins en moins limitée.

(Belga)

Le 9 mars à Londres, des chercheurs du Samsung Advanced Institute of Technology (SAIT) et du Samsung R&D Institute Japan (SRJ) ont présenté une étude sur les batteries à électrolyte (matière conductrice) solide de haute performance et de longue durée. Actuellement, les batteries utilisées pour alimenter les voitures électriques vendues en concessions sont de type lithium-ion, qui utilisent des électrolytes liquides. Ces dernières ont comme défaut de générer des "dendrites", c'est-à-dire des excroissances très fines (de l'ordre de quelques centaines de nanomètres d'épaisseur) qui partent de l'électrode de lithium à travers l'électrolyte liquide vers l'électrode positive, ce qui nuit à sa longévité et peut même provoquer un court-circuit, potentiellement suivi d'un incendie. Les batteries utilisant des électrolytes solides sont apparemment plus sûres, tout en supportant le stockage de plus d'énergie. Samsung semble avoir trouvé une voie intéressante en développant une couche ultrafine de composés d'argent et de carbone en guise d'anode. En outre, les premiers prototypes de Samsung seraient environ 50% plus petit en volume qu'une batterie lithium-ion conventionnelle tout en promettant environ 800 km d'autonomie à un petit véhicule électrique. De plus, cette nouvelle génération de batterie supporterait jusqu'à 1000 cycles de charge. Bref, la voiture électrique de moins en moins limitée.(Belga)