Les constructeurs le savent: la recharge très rapide est l'une des clés de la réussite, à grande échelle, de l'automobile électrique. Cet enjeu motive nombre d'ingénieurs à percer dans ce domaine, et du côté de l'école d'ingénieurs de la Pennsylvania State University (USA), on semble toucher au but: "Nous avons démontré que nous pouvions charger un véhicule électrique en dix minutes et lui assurer ainsi une autonomie de 300 à 450 km", a déclaré Chao-Yang Wang, professeur et directeur du centre de moteurs électrochimiques à la "Penn State".

Mieux, le scientifique estime que cette technologie est capable de tenir 2.500 cycles de charge, soit l'équivalent d'un demi-million de kilomètres parcourus. La clé tient dans un processus de recharge mené "à chaud" (à des températures élevées), ce qui augmenterait la performance énergétique de chaque cellule composant un pack de batteries.

"Porter la batterie à des températures extrêmes de 60 degrés Celsius est encore interdit car considéré comme un danger pour les matériaux et réduirait considérablement la vie de la batterie. Mais nous mettons au point un mode de refroidissement performant qui évacuera ce problème et rendra le processus cohérent et parfaitement fiable", conclut le professeur Wang.(Belga)