L'entreprise suédo-chinoise dévoilera dorénavant les chiffres concernant l'impact climatique de ses véhicules électriques lorsque ceux-ci quittent la chaîne de production. Le "Life Cycle Assessment" complet de Polestar veut aller plus loin en montrant l'impact climatique total de la voiture sur son cycle de vie. "Par le passé, les constructeurs automobiles n'ont pas toujours été clairs avec les consommateurs sur l'impact environnemental de leurs produits", explique Thomas Ingenlath, CEO de Polestar, "Ce n'est plus acceptable. Nous nous devons d'être honnêtes, même si cela nous met dans l'inconfort."

En utilisant sa propre analyse, Polestar a découvert que la nouvelle Polestar 2 quitte l'usine avec une empreinte carbone de 26 tonnes. Par rapport à une Volvo XC40 équipée d'un moteur à combustion interne à essence, Polestar 2 a une empreinte plus importante lors de la phase de fabrication, principalement en raison du processus de production de la batterie, très énergivore. Une fois que le véhicule électrique atteint le client, s'il est chargé à l'énergie verte, les émissions supplémentaires de CO2 sont négligeables. Après 50.000 km, la voiture à carburant fossile dépasse le véhicule électrique en termes d'émissions totales de CO2.

Polestar souligne le manque inquiétant de transparence dans l'ensemble du secteur, car il est aujourd'hui impossible pour un consommateur de comparer l'impact climatique de différentes voitures, vu qu'il existe une série de calculs différents, utilisés par les différents constructeurs automobiles, pour calculer le "Life Cycle Assessments" d'un véhicule. Polestar veut partager l'ensemble de sa méthodologie et demande aux autres constructeurs automobiles de se montrer ouverts et d'être plus transparents.(Belga)

L'entreprise suédo-chinoise dévoilera dorénavant les chiffres concernant l'impact climatique de ses véhicules électriques lorsque ceux-ci quittent la chaîne de production. Le "Life Cycle Assessment" complet de Polestar veut aller plus loin en montrant l'impact climatique total de la voiture sur son cycle de vie. "Par le passé, les constructeurs automobiles n'ont pas toujours été clairs avec les consommateurs sur l'impact environnemental de leurs produits", explique Thomas Ingenlath, CEO de Polestar, "Ce n'est plus acceptable. Nous nous devons d'être honnêtes, même si cela nous met dans l'inconfort."En utilisant sa propre analyse, Polestar a découvert que la nouvelle Polestar 2 quitte l'usine avec une empreinte carbone de 26 tonnes. Par rapport à une Volvo XC40 équipée d'un moteur à combustion interne à essence, Polestar 2 a une empreinte plus importante lors de la phase de fabrication, principalement en raison du processus de production de la batterie, très énergivore. Une fois que le véhicule électrique atteint le client, s'il est chargé à l'énergie verte, les émissions supplémentaires de CO2 sont négligeables. Après 50.000 km, la voiture à carburant fossile dépasse le véhicule électrique en termes d'émissions totales de CO2. Polestar souligne le manque inquiétant de transparence dans l'ensemble du secteur, car il est aujourd'hui impossible pour un consommateur de comparer l'impact climatique de différentes voitures, vu qu'il existe une série de calculs différents, utilisés par les différents constructeurs automobiles, pour calculer le "Life Cycle Assessments" d'un véhicule. Polestar veut partager l'ensemble de sa méthodologie et demande aux autres constructeurs automobiles de se montrer ouverts et d'être plus transparents.(Belga)