Pour qu'un véhicule autonome puisse trouver sa place et interagir efficacement avec les autres (véhicules, humains) dans une grande ville congestionnée, il doit gérer simultanément la présence de dizaines d'autres véhicules ; Oxbotica - une spin-off de l'Université d'Oxford - mène en ce sens des expériences dans le centre de Londres.

La technologie Oxbotica intégrée dans la voiture test (une Ford Mondeo, notamment) est capable de détecter 150 voitures différentes - et donc leur direction et/ou leur emplacement - à chaque seconde. Elle capte l'action d'un feu tricolore en 1/2000e de seconde, à l'aide de caméras bien plus rapides que l'?il humain.

La firme anglaise travaille sur la conduite autonome en intégrant les défis tels que la cybersécurité, la protection des données et les questions liées à la couverture d'une assurance. Classée sixième ville la plus congestionnée au monde, et intéressante pour la complexité de son réseau, Londres est devenu le terrain de jeu idéal pour cette phase d'essais.

Ainsi, toute l'expérience acquise dans la capitale anglaise pourra être appliquée à quasi n'importe quelle autre ville, dans une voiture familiale roulant en Europe, comme à bord d'un camion-train circulant en Australie. Oxbotica organisera prochainement une démonstration des capacités de ses voitures autonomes en guise de rapport sur ses études menées depuis juillet 2017.

(Belga)