Les immatriculations du groupe Renault (y compris Dacia, Lada, Alpine) ont bondi de 15,5% en juillet et de 57,8% en août par rapport aux mêmes périodes de 2017, d'après les chiffres de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). Les livraisons de son rival PSA (Peugeot, Citroën, DS) ont progressé de 56,3% en juillet, profitant de l'élargissement de son périmètre à Opel et Vauxhall, puis de 17,9% en août.

L'ACEA a expliqué la "hausse exceptionnelle" du mois d'août par "l'introduction du nouveau test WLTP pour toutes les immatriculations de voitures à partir du 1er septembre". Ces tests en laboratoire, qui remplacent la procédure NEDC, mesurent la consommation de carburant, mais aussi les émissions de CO2, de particules, d'oxydes d'azote (NOx) et autres produits nocifs. Leur durcissement fait qu'ils reflètent désormais beaucoup mieux les consommations et rejets réels des véhicules. Certains constructeurs sont soupçonnés d'avoir accordé de gros rabais en juillet, et surtout en août, sur des véhicules qui n'auraient plus pu être commercialisés à partir de septembre, ou bien de les avoir immatriculés auprès de leurs propres concessionnaires afin de les écouler plus tard.

En août, les cinq plus gros marchés nationaux européens ont tous fortement progressé, bien que de façon disparate: Italie (+9,5%), Espagne (+48,7%), France (+40%), Allemagne (+24,7%), Royaume-Uni (+23,1%). Après le "pic artificiel" de l'effet WLTP, "il faut s'attendre à un contrecoup d'ici la fin de l'année", même si "les fondamentaux du marché restent bons", a commenté Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile. Sur l'ensemble de la période de janvier à août, les immatriculations de voitures particulières neuves ont augmenté de 6,1% dans l'UE, soit bien plus que la prévision d'une hausse de 1% pour 2018 émise en début d'année par l'ACEA. Durant l'été, le groupe Volkswagen, dont de nombreux modèles n'ont pu encore être homologués selon la procédure WLTP, a vu ses livraisons s'envoler: +24,1% en juillet, +41% en août. La firme aux 12 marques domine plus que jamais le marché européen et représente plus d'une immatriculation sur quatre sur les huit premiers mois de l'année.

Les immatriculations du groupe Renault (y compris Dacia, Lada, Alpine) ont bondi de 15,5% en juillet et de 57,8% en août par rapport aux mêmes périodes de 2017, d'après les chiffres de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). Les livraisons de son rival PSA (Peugeot, Citroën, DS) ont progressé de 56,3% en juillet, profitant de l'élargissement de son périmètre à Opel et Vauxhall, puis de 17,9% en août. L'ACEA a expliqué la "hausse exceptionnelle" du mois d'août par "l'introduction du nouveau test WLTP pour toutes les immatriculations de voitures à partir du 1er septembre". Ces tests en laboratoire, qui remplacent la procédure NEDC, mesurent la consommation de carburant, mais aussi les émissions de CO2, de particules, d'oxydes d'azote (NOx) et autres produits nocifs. Leur durcissement fait qu'ils reflètent désormais beaucoup mieux les consommations et rejets réels des véhicules. Certains constructeurs sont soupçonnés d'avoir accordé de gros rabais en juillet, et surtout en août, sur des véhicules qui n'auraient plus pu être commercialisés à partir de septembre, ou bien de les avoir immatriculés auprès de leurs propres concessionnaires afin de les écouler plus tard. En août, les cinq plus gros marchés nationaux européens ont tous fortement progressé, bien que de façon disparate: Italie (+9,5%), Espagne (+48,7%), France (+40%), Allemagne (+24,7%), Royaume-Uni (+23,1%). Après le "pic artificiel" de l'effet WLTP, "il faut s'attendre à un contrecoup d'ici la fin de l'année", même si "les fondamentaux du marché restent bons", a commenté Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile. Sur l'ensemble de la période de janvier à août, les immatriculations de voitures particulières neuves ont augmenté de 6,1% dans l'UE, soit bien plus que la prévision d'une hausse de 1% pour 2018 émise en début d'année par l'ACEA. Durant l'été, le groupe Volkswagen, dont de nombreux modèles n'ont pu encore être homologués selon la procédure WLTP, a vu ses livraisons s'envoler: +24,1% en juillet, +41% en août. La firme aux 12 marques domine plus que jamais le marché européen et représente plus d'une immatriculation sur quatre sur les huit premiers mois de l'année.