Le Kona Electric est donc le premier SUV compact électrique proposé sur le marché. Il combine les avantages d'un SUV et ceux de la propulsion électrique sur un segment de marché qui se prépare à connaître une croissance explosive.

Le client a le choix entre deux groupes propulseurs électriques. La version offrant la capacité la plus élevée (64 kWh) assure une autonomie de 482 km (cycle WLTP). Le moteur électrique délivre une puissance de 204 ch, permettant au Kona EV de passer de 0 à 100 km/h en 7,6 s. En pointe, il atteint 167 km/h. Avec la batterie standard de 39,2 kWh, l'autonomie est de 312 km. Avec un chargeur rapide (100 kW de courant continu), la batterie sera rechargée à 80 % en 54 min. Et avec le chargeur intégré de 7,2 kW branché sur le courant alternatif, la durée de recharge est de quasiment 10 h. La prise est logée à l'avant, à côté du sigle de la marque. La face avant adopte le nouveau langage stylistique de la famille des SUV de Hyundai, avec une calandre fermée. Plutôt que des batteries nickel-métal-hydrure, le constructeur coréen utilise des batteries lithium-ion-polymère qui limitent la sensibilité à l'effet mémoire et optimalisent l'efficacité de charge/décharge.

Intéressante nouveauté, le module 'shift by-wire' contrôle la propulsion électrique. Des palettes, au volant, permettent au conducteur d'ajuster l'intensité de la régénération au niveau du freinage. Associé au radar et en fonction de la circulation, le système de freinage régénératif définit automatiquement le taux de récupération.

CONSOMMATION ET AUTONOMIE

Le Kona électrique propose un large assortiment d'équipements de connectivité et de sécurité, que l'on retrouve aussi chez d'autres constructeurs. Sur le nouveau 'supervision cluster' de 7 pouces, les divers instruments (compteur de vitesse, statut de charge de la batterie, flux énergétique et mode de conduite) s'affichent en haute résolution. Le coloris d'arrière-plan et les instruments varient en fonction du mode de conduite sélectionné. L'affichage tête haute, en option, projette directement dans le champ de vision du conducteur toutes les informations importantes.

Si la batterie fait augmenter le poids de 200 kg, l'habitabilité intérieure et le volume du coffre demeurent tout à fait préservés. Ce surpoids a également peu d'influence sur le comportement, très équilibré et confortable. Avec les voitures électriques, on le sait, la pleine puissance est directement disponible. Une conduite sportive fera augmenter la consommation. En adoptant une conduite plus décontractée, la consommation énergétique moyenne sera de 14,5 kWh, ce qui permet au Kona EV d'offrir une autonomie effective de quelque 450 km. Il réagit donc mieux, sur ce plan, que la Tesla Model 3. Une référence qui peut compter et fait du Kona EV de Hyundai l'une des voitures électriques les plus intéressantes du moment. Tant pis pour les autres.

Le Kona Electric est donc le premier SUV compact électrique proposé sur le marché. Il combine les avantages d'un SUV et ceux de la propulsion électrique sur un segment de marché qui se prépare à connaître une croissance explosive. Le client a le choix entre deux groupes propulseurs électriques. La version offrant la capacité la plus élevée (64 kWh) assure une autonomie de 482 km (cycle WLTP). Le moteur électrique délivre une puissance de 204 ch, permettant au Kona EV de passer de 0 à 100 km/h en 7,6 s. En pointe, il atteint 167 km/h. Avec la batterie standard de 39,2 kWh, l'autonomie est de 312 km. Avec un chargeur rapide (100 kW de courant continu), la batterie sera rechargée à 80 % en 54 min. Et avec le chargeur intégré de 7,2 kW branché sur le courant alternatif, la durée de recharge est de quasiment 10 h. La prise est logée à l'avant, à côté du sigle de la marque. La face avant adopte le nouveau langage stylistique de la famille des SUV de Hyundai, avec une calandre fermée. Plutôt que des batteries nickel-métal-hydrure, le constructeur coréen utilise des batteries lithium-ion-polymère qui limitent la sensibilité à l'effet mémoire et optimalisent l'efficacité de charge/décharge. Intéressante nouveauté, le module 'shift by-wire' contrôle la propulsion électrique. Des palettes, au volant, permettent au conducteur d'ajuster l'intensité de la régénération au niveau du freinage. Associé au radar et en fonction de la circulation, le système de freinage régénératif définit automatiquement le taux de récupération. Le Kona électrique propose un large assortiment d'équipements de connectivité et de sécurité, que l'on retrouve aussi chez d'autres constructeurs. Sur le nouveau 'supervision cluster' de 7 pouces, les divers instruments (compteur de vitesse, statut de charge de la batterie, flux énergétique et mode de conduite) s'affichent en haute résolution. Le coloris d'arrière-plan et les instruments varient en fonction du mode de conduite sélectionné. L'affichage tête haute, en option, projette directement dans le champ de vision du conducteur toutes les informations importantes. Si la batterie fait augmenter le poids de 200 kg, l'habitabilité intérieure et le volume du coffre demeurent tout à fait préservés. Ce surpoids a également peu d'influence sur le comportement, très équilibré et confortable. Avec les voitures électriques, on le sait, la pleine puissance est directement disponible. Une conduite sportive fera augmenter la consommation. En adoptant une conduite plus décontractée, la consommation énergétique moyenne sera de 14,5 kWh, ce qui permet au Kona EV d'offrir une autonomie effective de quelque 450 km. Il réagit donc mieux, sur ce plan, que la Tesla Model 3. Une référence qui peut compter et fait du Kona EV de Hyundai l'une des voitures électriques les plus intéressantes du moment. Tant pis pour les autres.