Ce chiffre reflète la perte cumulée des ventes, entretiens et réparations manqués de voitures de tourisme, de véhicules utilitaires et pneus (codes NACE 45.1 et 45.2). Pour le secteur automobile, les pertes pourraient atteindre 47 milliards d'euro. Si les mesures de "confinement allégé" devaient se poursuivre jusqu'au 3 mai 2020, les pertes totales s'élèveraient à 34 milliards d'euros, soit 20 % du chiffre d'affaires annuel total.

Ce chiffre d'affaires annuel chuterait à 138 milliards d'euros par rapport à 172 milliards d'euros en 2019. Pour le cas où ces mesures étaient prolongées jusqu'au 31 mai 2020, les pertes totales atteindraient même 47 milliards d'euros, soit 27 % du chiffre d'affaires annuel du secteur. Selon ce scénario, le chiffre d'affaires annuel plongerait à 126 milliards d'euros, comparé à 172 milliards en 2019. "Les 10.000 entreprises et 100.000 travailleurs de la branche automobile sont frappés de plein fouet par la crise du coronavirus", commente Filip Rylant, porte-parole de Traxio. "Les mesures prises en réponse au coronavirus ont quasi totalement paralysé la vente et l'entretien. Pour éviter la faillite à de nombreuses entreprises et une prise d'assaut imprudente par le public lors du déconfinement, Traxio réclame que les branches de l'automobile, de la moto, du vélo, des pneus et des car-wash puissent reprendre graduellement leurs activités dès le 19 avril 2020, dans le respect strict des consignes d'hygiène et de santé".(Belga)

Ce chiffre reflète la perte cumulée des ventes, entretiens et réparations manqués de voitures de tourisme, de véhicules utilitaires et pneus (codes NACE 45.1 et 45.2). Pour le secteur automobile, les pertes pourraient atteindre 47 milliards d'euro. Si les mesures de "confinement allégé" devaient se poursuivre jusqu'au 3 mai 2020, les pertes totales s'élèveraient à 34 milliards d'euros, soit 20 % du chiffre d'affaires annuel total. Ce chiffre d'affaires annuel chuterait à 138 milliards d'euros par rapport à 172 milliards d'euros en 2019. Pour le cas où ces mesures étaient prolongées jusqu'au 31 mai 2020, les pertes totales atteindraient même 47 milliards d'euros, soit 27 % du chiffre d'affaires annuel du secteur. Selon ce scénario, le chiffre d'affaires annuel plongerait à 126 milliards d'euros, comparé à 172 milliards en 2019. "Les 10.000 entreprises et 100.000 travailleurs de la branche automobile sont frappés de plein fouet par la crise du coronavirus", commente Filip Rylant, porte-parole de Traxio. "Les mesures prises en réponse au coronavirus ont quasi totalement paralysé la vente et l'entretien. Pour éviter la faillite à de nombreuses entreprises et une prise d'assaut imprudente par le public lors du déconfinement, Traxio réclame que les branches de l'automobile, de la moto, du vélo, des pneus et des car-wash puissent reprendre graduellement leurs activités dès le 19 avril 2020, dans le respect strict des consignes d'hygiène et de santé".(Belga)