L'essai s'est déroulé dans le nord de la Suède, à hauteur du cercle polaire, à une température de... -26 °C ! Des conditions glaciales mais idéales pour tester ce break aux gènes aventuriers. Chauffage du volant et des sièges réglés à fond, on ne souffre pas du froid et on apprécie l'ambiance zen de l'habitacle, plus original que celui des breaks allemands concurrents. Un bon point aussi pour l'espace aux jambes tr...

L'essai s'est déroulé dans le nord de la Suède, à hauteur du cercle polaire, à une température de... -26 °C ! Des conditions glaciales mais idéales pour tester ce break aux gènes aventuriers. Chauffage du volant et des sièges réglés à fond, on ne souffre pas du froid et on apprécie l'ambiance zen de l'habitacle, plus original que celui des breaks allemands concurrents. Un bon point aussi pour l'espace aux jambes très généreux aux places arrière et pour le volume correct du coffre. En action, cette Cross Country rehaussée conserve le très bon équilibre du classique break V60 et reste plus vivante qu'un SUV. Sous le capot, on trouve deux moteurs deux litres diesel : les D3 de 150 ch et D4 190 ch. En essence, pas de version d'entrée de gamme : on n'a droit qu'au T5 de 250 ch. Des moteurs agréables et performants, associés d'office à la boîte automatique à huit vitesses, douce en conduite calme, mais manquant un peu de réactivité quand le rythme s'accélère. Les aventuriers à l'âme écolo seront déçus d'apprendre que cette V60 CC ne soit pas disponible en hybride, contrairement au break classique. Les économes, eux, regretteront que ce modèle n'existe qu'en haut de gamme, richement équipé, mais cher dans l'absolu. Ceci dit, à équipement équivalent, la Cross Country coûte 1.700 euros de plus qu'une V60 4x4, ce qui reste honnête. Et c'est moins cher que le SUV XC60 équivalent, qui réclame encore un bon 2.000 euros de plus... Classieuse et aventureuse, cette V60 CC constitue donc un bon compromis : elle hisse ses bas de caisse à hauteur de ceux d'un SUV, sans nous ôter des mains le coup de volant précis d'un break. Par Olivier Maloteaux.