En collaboration avec les universités d'Anvers et de Gand, l'Imec a mis en place le long de l'E313 différentes technologies de communication pour véhicules. De cette manière, les voitures intelligentes peuvent être connectées à l'infrastructure routière et les unes aux autres, pour permettre une conduite assistée et automatisée à l'avenir.

La "Smart Highway" fait partie du projet européen "Concorda", également mené aux Pays-Bas, en Allemagne, en France et en Espagne. "Il existe également des sites de test dans d'autres pays, mais nous avons créé, ici sur l'E313 à Anvers, le plus difficile dans l'un des plus gros noeuds d'Europe", explique Bart Lannoo, coordinateur du projet.

Selon Lannoo, en plus des technologies de communication existantes, de nouvelles technologies peuvent facilement être ajoutées, telles que la communication 5G. Le but est également que les constructeurs automobiles et les opérateurs de télécommunications viennent expérimenter sur la E313. Toyota, BMW, Ericsson et Telenet, entre autres, soutiennent déjà le projet.

Le gouvernement flamand a investi 3,5 millions d'euros dans la "Smart Highway". Philippe Muyters, ministre de l'Innovation, et Ben Weyts, ministre de la Mobilité, ont participé lundi à un test impliquant trois voitures roulant les unes derrière les autres. Les première et troisième voitures sont connectées l'une à l'autre, de sorte que la troisième voiture reçoit un signal en cas d'arrêt d'urgence de la première. Cela permet à la dernière voiture de freiner automatiquement à temps.

En collaboration avec les universités d'Anvers et de Gand, l'Imec a mis en place le long de l'E313 différentes technologies de communication pour véhicules. De cette manière, les voitures intelligentes peuvent être connectées à l'infrastructure routière et les unes aux autres, pour permettre une conduite assistée et automatisée à l'avenir. La "Smart Highway" fait partie du projet européen "Concorda", également mené aux Pays-Bas, en Allemagne, en France et en Espagne. "Il existe également des sites de test dans d'autres pays, mais nous avons créé, ici sur l'E313 à Anvers, le plus difficile dans l'un des plus gros noeuds d'Europe", explique Bart Lannoo, coordinateur du projet. Selon Lannoo, en plus des technologies de communication existantes, de nouvelles technologies peuvent facilement être ajoutées, telles que la communication 5G. Le but est également que les constructeurs automobiles et les opérateurs de télécommunications viennent expérimenter sur la E313. Toyota, BMW, Ericsson et Telenet, entre autres, soutiennent déjà le projet. Le gouvernement flamand a investi 3,5 millions d'euros dans la "Smart Highway". Philippe Muyters, ministre de l'Innovation, et Ben Weyts, ministre de la Mobilité, ont participé lundi à un test impliquant trois voitures roulant les unes derrière les autres. Les première et troisième voitures sont connectées l'une à l'autre, de sorte que la troisième voiture reçoit un signal en cas d'arrêt d'urgence de la première. Cela permet à la dernière voiture de freiner automatiquement à temps.