La Scala, dernier modèle de la marque, est d'ailleurs techniquement fort proche de la VW Golf, avec qui elle partage ses moteurs. Mais cette Skoda s'offre bien sûr un style à part et est aussi 11 centimètres plus longue que sa cousine teutonne. Elle présente donc une meilleure habitabilité, en particulier aux places arrière, qui sont pratiquement aussi accueillantes que celles de la grande Skoda Octavia ! Et le coffre n'est pas en reste...

La Scala, dernier modèle de la marque, est d'ailleurs techniquement fort proche de la VW Golf, avec qui elle partage ses moteurs. Mais cette Skoda s'offre bien sûr un style à part et est aussi 11 centimètres plus longue que sa cousine teutonne. Elle présente donc une meilleure habitabilité, en particulier aux places arrière, qui sont pratiquement aussi accueillantes que celles de la grande Skoda Octavia ! Et le coffre n'est pas en reste : la soute est l'une des plus vastes de la catégorie (467 litres contre 380 pour la Golf, par exemple). La Scala grouille aussi d'astuces pratiques : parapluie intégré dans la porte conducteur, grattoir niché derrière la trappe à carburant, bouchon du réservoir de lave-glace avec entonnoir intégré, etc. Mais toutes ne sont pas offertes de série. En option, on note aussi quelques équipements chics, comme le toit panoramique. On peut également disposer d'un " cockpit virtuel " : les classiques cadrans situés derrière le volant sont alors remplacés par un écran multifonction sur lequel la carte de navigation peut s'afficher en grand. Sous le capot, le client a le choix entre des moteurs carburant à l'essence (1.0 de 115 ch ou 1.5 de 150 ch), au diesel (1.6 TDI de 115 ch) ou même au gaz naturel (1.0 de 90 ch). Des moteurs vaillants, qui savent se montrer sobres en conduite calme. Une boîte robotisée est aussi proposée. En action, la Scala s'est montrée globalement confortable (à condition d'éviter les trop grosses jantes) et relativement vive en virages. Voilà donc une compacte agréable à vivre et à conduire. Si le rapport prix/équipement reste toujours plus alléchant que chez la concurrence, le tarif a toutefois pris son envol, confirmant que Skoda n'a désormais plus rien d'un constructeur low cost. Par Olivier Maloteaux.