Si, à première vue, la petite Renault électrique semble ne pas changer fondamentalement, il s'agit pourtant bien d'une évolution majeure pour le modèle. La Zoé adopte une batterie de plus forte capacité (52 kWh), ce qui lui permet de revendiquer une autonomie réelle de 375 km. Les premiers essais effectués par la presse révèlent qu'il s'agit d'une valeur tout à fait plausible, ce qui est de bon augure pour sa carrière.

En effet, avec une telle réserve, la Renault évacue quasiment - et pour de bon - le risque de tomber en panne de courant, en tout cas en usage quotidien normal. En outre cette batterie peut être rechargée beaucoup plus rapidement grâce à son double système de recharge (courants alternatif et continu). Ce n'est pas tout, sous son capot le moteur électrique gagne en puissance (110 ch ou 135 ch) assurant à la Zoé des prestations très dynamiques.

Pour les prix, la Zoé démarre à 24.400 ?, prix auquel il convient d'ajouter le montant de la location de la batterie (à partir de 74 ?/mois en fonction du kilométrage). Cela dit, il est possible d'acheter sa batterie, mais cela alourdit la facture de 8.200 ?. Des tarifs qui restent chers dans l'absolu, mais qui permettent à quasiment tout le monde de rouler en voiture électrique, par bon sens et/ou idéologie écologiste.

Ce ne serait qu'un début, car le Groupe Renault travaillerait à une voiture électrique de moins de 10.000 ? pour l'Europe (car en Chine, il existe déjà la K-ZE) et pourvue dans ce cas d'une batterie plus basique. Cette voiture pourrait, selon les rumeurs, être commercialisée sous la marque Dacia. (Belga)