D'une génération à l'autre, le break Série 3 grandit sensiblement, tout profit pour les passagers arrière, qui disposent d'un généreux espace pour les jambes. Sauf celui du milieu, qui reste à l'étroit et doit caser ses jambes autour de l'imposant tunnel central... Côté coffre, la " 3 Touring " (de 500 à 1.510 litres) fait jeu égal avec ses concurrentes directes, mais reste loin d'un break familial de type Volkswagen Pa...

D'une génération à l'autre, le break Série 3 grandit sensiblement, tout profit pour les passagers arrière, qui disposent d'un généreux espace pour les jambes. Sauf celui du milieu, qui reste à l'étroit et doit caser ses jambes autour de l'imposant tunnel central... Côté coffre, la " 3 Touring " (de 500 à 1.510 litres) fait jeu égal avec ses concurrentes directes, mais reste loin d'un break familial de type Volkswagen Passat (de 650 à 1.780 litres), par exemple. Si le coffre n'est pas géant, il est cependant facile d'accès et modulable : la lunette peut s'ouvrir indépendamment du hayon pour charger de menus objets, tandis que la banquette peut se rabattre en trois parties. Ce petit break " Béhème " reste à la base mû par ses roues arrière (propulsion) et l'équilibre du châssis est réjouissant. Une transmission intégrale est également disponible, pour lisser le tempérament de l'engin sur routes glissantes... Si la Série 3 Touring conserve un caractère vivant, le point sur lequel elle a le plus évolué, c'est le confort de suspension. On apprécie également le mobilier chic et bien fini, qui donne un côté haut de gamme à ce petit break, pouvant d'ailleurs disposer d'un large éventail d'équipements de standing, y compris le double vitrage ou les feux à optiques laser. Les moteurs sont connus de la berline et très agréables, en particulier les blocs à six cylindres. Et une version hybride plug-in est également attendue cette année. Voilà donc un modèle réussi, qui reste dans la lignée dynamique de ses devanciers, mais avec une dose de confort en plus. Ce petit break nous semble plus que jamais voué à un grand succès.Par Olivier Maloteaux.