Si Tesla a régulièrement atteint cette année le sommet des ventes mensuelles de VE haut de gamme, grâce aux berlines produites par son usine de Shanghai (la Gigafactory 3, mise en service en décembre 2019, moins d'un an après le début de sa construction), l'année 2020 a également été marquée par le rattrapage de ses concurrents.

En 2021, l'ampleur de l'attaque concurrentielle à laquelle Tesla sera confrontée sera plus grande que jamais à tel point que sa capacité à défendre son avance en Chine sera la clé de sa croissance et de ses bénéfices. En somme, un stress-test décisif qui montrera aussi si Tesla a le calibre pour devenir un véritable constructeur automobile mondial, une ambition sur laquelle les investisseurs misent après avoir fait monter les actions de la société de près de 700 % cette année.

La Chine est devenu le plus grand marché de Tesla après les États-Unis, avec des ventes y dépassant les 120.000 unités cette année. En outre, la marque californienne réalise plus de marge bénéficiaire sur une Model 3 vendue là-bas que sur la même vendue aux USA ou en Europe. Mais la concurrence locale s'organise à grande vitesse. Nio, Xpeng et Li seront des marques de plus en plus menaçantes. Mais Tesla et ses rivaux chinois sont également confrontés à une menace commune : les constructeurs automobiles conventionnels passent rapidement aux VE.

Le groupe Volkswagen prévoit d'introduire huit modèles électriques de la série ID en Chine d'ici 2023, tandis que le groupe Daimler a lancé le SUV électrique EQC et prévoit d'étendre sa gamme de véhicules purement à batterie à au moins 10 dans les années à venir. En résumé, il faudra jouer des coudes, et à ce jeu, Elon Musk a de la ressource. (Belga)

Si Tesla a régulièrement atteint cette année le sommet des ventes mensuelles de VE haut de gamme, grâce aux berlines produites par son usine de Shanghai (la Gigafactory 3, mise en service en décembre 2019, moins d'un an après le début de sa construction), l'année 2020 a également été marquée par le rattrapage de ses concurrents. En 2021, l'ampleur de l'attaque concurrentielle à laquelle Tesla sera confrontée sera plus grande que jamais à tel point que sa capacité à défendre son avance en Chine sera la clé de sa croissance et de ses bénéfices. En somme, un stress-test décisif qui montrera aussi si Tesla a le calibre pour devenir un véritable constructeur automobile mondial, une ambition sur laquelle les investisseurs misent après avoir fait monter les actions de la société de près de 700 % cette année. La Chine est devenu le plus grand marché de Tesla après les États-Unis, avec des ventes y dépassant les 120.000 unités cette année. En outre, la marque californienne réalise plus de marge bénéficiaire sur une Model 3 vendue là-bas que sur la même vendue aux USA ou en Europe. Mais la concurrence locale s'organise à grande vitesse. Nio, Xpeng et Li seront des marques de plus en plus menaçantes. Mais Tesla et ses rivaux chinois sont également confrontés à une menace commune : les constructeurs automobiles conventionnels passent rapidement aux VE. Le groupe Volkswagen prévoit d'introduire huit modèles électriques de la série ID en Chine d'ici 2023, tandis que le groupe Daimler a lancé le SUV électrique EQC et prévoit d'étendre sa gamme de véhicules purement à batterie à au moins 10 dans les années à venir. En résumé, il faudra jouer des coudes, et à ce jeu, Elon Musk a de la ressource. (Belga)