Selon les calculs de l'ADAC, une voiture électrique ne serait plus intéressante qu'une voiture essence en termes de rejets de CO2 qu'à partir de 127.500 km parcourus. Et si l'on compare avec une voiture diesel, ce chiffre serait de 219.000 km. Et dans le cas du gaz naturel, il faudrait parcourir 225.000 km avant que les chiffres du véhicule électrique soient meilleurs.

L'ADAC nuance toutefois son propos en précisant qu'il ne concerne que la situation en Allemagne, pays qui reste très dépendant du charbon et du lignite pour sa production d'électricité, nos voisins de l'Est ayant décidé de sortir du nucléaire.

L'ADAC a également calculé que dans le cas d'une voiture électrique roulant exclusivement à l'électricité verte (solaire, éolienne...), le point de bascule se situe aux alentours des 30.000 km, en précisant que ce scénario tient compte des rejets de CO2 conséquents générés par la fabrication des batteries.(Belga)