A l'évidence, il s'agit d'une évolution très subtile du modèle, car seuls les connaisseurs éclairés de la version actuelle distingueront les différences cosmétiques de la version 2017. La partie avant reçoit des phares légèrement plus fins et une grille de calandre mieux intégrée à l'ensemble. Les bouliers se parent de nouveaux traits et, pour le reste, la Lexus adopte quelques nouvelles teintes de carrosserie. Dans l'habitacle la sensation de prestige est un peu plus présente grâce à une finition encore plus poussée dans le choix et l'assemblage des matériaux. Un écran multimédia plus grand trouve sa place au centre d'une console redessinée pour l'occasion. Du côté des motorisations, l'hybride est la seule option possible, puisque la version thermique 200t disparaît de la gamme. L'IS 300h garde un 2,5 litres associé à un moteur électrique, le tout produisant 223 ch. La consommation théorique est annoncée à 4,3 l/100 km et ses rejets de CO2 se limitent à 97 g/km. Enfin, la berline a droit à quelques adaptations de ses liaisons au sol (mécaniques ou électroniques) visant à la rendre plus dynamique et tranchante. (Belga)

A l'évidence, il s'agit d'une évolution très subtile du modèle, car seuls les connaisseurs éclairés de la version actuelle distingueront les différences cosmétiques de la version 2017. La partie avant reçoit des phares légèrement plus fins et une grille de calandre mieux intégrée à l'ensemble. Les bouliers se parent de nouveaux traits et, pour le reste, la Lexus adopte quelques nouvelles teintes de carrosserie. Dans l'habitacle la sensation de prestige est un peu plus présente grâce à une finition encore plus poussée dans le choix et l'assemblage des matériaux. Un écran multimédia plus grand trouve sa place au centre d'une console redessinée pour l'occasion. Du côté des motorisations, l'hybride est la seule option possible, puisque la version thermique 200t disparaît de la gamme. L'IS 300h garde un 2,5 litres associé à un moteur électrique, le tout produisant 223 ch. La consommation théorique est annoncée à 4,3 l/100 km et ses rejets de CO2 se limitent à 97 g/km. Enfin, la berline a droit à quelques adaptations de ses liaisons au sol (mécaniques ou électroniques) visant à la rendre plus dynamique et tranchante. (Belga)