Les cellules photovoltaïques d'une puissance nominale d'environ 210 W/m² fournissent une électricité capable de générer un kilométrage quotidien d'environ 10 km avec une voiture électrique moyenne les jours ensoleillés.

Pour intégrer le plus efficacement possible le photovoltaïque dans le toit de la voiture de monsieur-tout-le-monde, les chercheurs de Fribourg apportent de nouvelles solutions: les cellules solaires en silicium monocristallin se chevauchent et sont connectées électriquement via un adhésif conducteur. Ainsi, aucune surface n'est électriquement inactive, comme c'est encore le cas sur des panneaux photovoltaïques conventionnels (espace entre les cellules).

Outre une production d'énergie optimisée, cette solution présente un aspect esthétique homogène. Le toit peut ainsi être revêtu de n'importe quelle couleur avec pour résultat un toit identique à un toit traditionnel en acier. Les cellules solaires sont "stratifies" dans un film polymère entre les feuilles de verre d'un toit panoramique. En convertissant le rayonnement solaire en électricité, ce principe réduit aussi le phénomène de surchauffe de la voiture garée en plein soleil.

Cette énergie solaire emmagasinée peut également être utilisée pour des charges d'équipements extérieurs, comme la climatisation et les éléments de l'infodivertissement. Fraunhofer ISE voit un potentiel de recherche dans l'intégration de ce principe à des volumes plus grands comme le toit des camions, par exemple. (Belga)