Il y a 60 ans, le 10 septembre 1959, Mercedes-Benz procédait à son premier crash-test: une voiture percutait directement et volontairement un obstacle placé sur sa trajectoire. Cet événement inaugurait une nouvelle période dans le domaine des recherches en matière de sécurité puisqu'il permettait d'étudier avec précision le comportement d'une voiture et de ses occupants en cas de collision.

Aujourd'hui le Technology Centre for Vehicle Safety (TFS) de Sindelfingen procède à quelque 900 crash-tests par an et à quelque 1.700 "sled-tests", au cours desquels un objet (voiture ou assemblage spécifique) est soumis aux forces libérées en cas de véritable collision.

Mercedes-Benz ne cesse de fixer de nouveaux standards en la matière. Ceux-ci sont repris ultérieurement par l'ensemble du secteur automobile et contribuent à l'amélioration de la sécurité routière. "En tant que pionnier dans le domaine de la sécurité, Mercedes-Benz a beaucoup contribué à l'instauration de crash-tests dans le secteur automobile, partout dans le monde", indique Markus Schäfer, membre du conseil d'administration de Daimler AG, et responsable Group Research et Mercedes-Benz Cars Development. "Ils restent indispensables, même à notre époque où sont effectuées de nombreuses simulations sur ordinateur, et assurent un haut niveau de protection aux occupants de nos véhicules ainsi qu'aux autres usagers de la route."(Belga)