La start-up basée à Amsterdam a démarré ses activités en 2017 dans la capitale néerlandaise avant de se développer dans tout le pays et en Belgique. Cette semaine, Felyx annonce la levée d'un investissement de 24 millions d'euros, confirmant sa volonté de soutenir sa croissance en Europe, en ce compris le Benelux. Chez nous, il est question de sortir de Bruxelles, vers d'autres villes impactées par les embouteillages structurels. Pour l'instant, on ne trouve les scooters verts que dans les rues de la capitale. Ce financement par fonds propres est dirigé par De Hoge Dennen Capital, la société d'investissement de la famille De Rijcke, et l'actuel actionnaire majoritaire Anne-Marie Rakhorst.

14 millions de km

Depuis le premier trajet effectué en 2017, les utilisateurs de Felyx à Bruxelles et dans l'ensemble des Pays-Bas ont parcouru plus de 14 millions de kilomètres sur les scooters électriques de l'entreprise. Ses dirigeants estiment que cela a permis de réduire de 1117 tonnes les émissions de CO2 par rapport à d'autres moyens de transport (à moteurs thermiques). Un argument très en vogue pour se développer dans les villes européennes de moins en moins "voiture-friendly" et où toutes les solutions alternatives sont les bienvenues. A Bruxelles, le prix normal de location d'un scooter partagé Felyx est de 0,30 €/min sans frais d'inscriptions. L'entreprise propose des packs de minutes permettant de réduire ce coût. Lorsqu'il est simplement stationné (le temps de votre rendez-vous ou de votre course) le tarif passe à 0,15€ la minute. Felyx propose aussi des abonnements professionnels pour les entreprises, de sorte à permettre à leurs employés de parcourir les derniers kilomètres entre, par exemple, une gare et leur lieu de travail. Pour l'utilisateur, tout est géré via l'application dédiée.

Dans la tendance de ces nouveaux moyens de déplacements, tout se gère via une application., GF
Dans la tendance de ces nouveaux moyens de déplacements, tout se gère via une application. © GF
La start-up basée à Amsterdam a démarré ses activités en 2017 dans la capitale néerlandaise avant de se développer dans tout le pays et en Belgique. Cette semaine, Felyx annonce la levée d'un investissement de 24 millions d'euros, confirmant sa volonté de soutenir sa croissance en Europe, en ce compris le Benelux. Chez nous, il est question de sortir de Bruxelles, vers d'autres villes impactées par les embouteillages structurels. Pour l'instant, on ne trouve les scooters verts que dans les rues de la capitale. Ce financement par fonds propres est dirigé par De Hoge Dennen Capital, la société d'investissement de la famille De Rijcke, et l'actuel actionnaire majoritaire Anne-Marie Rakhorst. Depuis le premier trajet effectué en 2017, les utilisateurs de Felyx à Bruxelles et dans l'ensemble des Pays-Bas ont parcouru plus de 14 millions de kilomètres sur les scooters électriques de l'entreprise. Ses dirigeants estiment que cela a permis de réduire de 1117 tonnes les émissions de CO2 par rapport à d'autres moyens de transport (à moteurs thermiques). Un argument très en vogue pour se développer dans les villes européennes de moins en moins "voiture-friendly" et où toutes les solutions alternatives sont les bienvenues. A Bruxelles, le prix normal de location d'un scooter partagé Felyx est de 0,30 €/min sans frais d'inscriptions. L'entreprise propose des packs de minutes permettant de réduire ce coût. Lorsqu'il est simplement stationné (le temps de votre rendez-vous ou de votre course) le tarif passe à 0,15€ la minute. Felyx propose aussi des abonnements professionnels pour les entreprises, de sorte à permettre à leurs employés de parcourir les derniers kilomètres entre, par exemple, une gare et leur lieu de travail. Pour l'utilisateur, tout est géré via l'application dédiée.