L'homme a profité du passage d'un membre du personnel pour s'introduire dans le home. Il a menacé deux employés avec son arme pour obtenir le contenu du coffre. La maison de repos n'en disposant pas, le malfrat a dérobé le GSM de l'une de ses deux victimes et a tenté de s'enfuir. Les deux membres du personnel menacés ont profité de ce laps de temps pour se réfugier dans une autre pièce et prévenir la police. Les portes à code empêchant le braqueur de s'enfuir, la police a fouillé les 54 chambres des trois étages. La maison de repos et le quartier avoisinant ont été bouclés par la police. Un hélicoptère de la police fédérale a été mobilisé en renfort pour les recherches. L'opération s'est terminée à 01h00 du matin. Le braqueur a réussi à s'enfuir par une fenêtre de toilettes, située à 4m de hauteur. Il s'est blessé sur place, ce qui pourrait faciliter son identification. "L'émoi était notable, car tous se rappellent de l'attaque à main armée de 2009 au home Brugmann, durant laquelle un employé avait été tué", rappelle Laurent Masset. "Mais aucun pensionnaire n'a, cette fois, été en contact avec l'auteur." (MUA)

L'homme a profité du passage d'un membre du personnel pour s'introduire dans le home. Il a menacé deux employés avec son arme pour obtenir le contenu du coffre. La maison de repos n'en disposant pas, le malfrat a dérobé le GSM de l'une de ses deux victimes et a tenté de s'enfuir. Les deux membres du personnel menacés ont profité de ce laps de temps pour se réfugier dans une autre pièce et prévenir la police. Les portes à code empêchant le braqueur de s'enfuir, la police a fouillé les 54 chambres des trois étages. La maison de repos et le quartier avoisinant ont été bouclés par la police. Un hélicoptère de la police fédérale a été mobilisé en renfort pour les recherches. L'opération s'est terminée à 01h00 du matin. Le braqueur a réussi à s'enfuir par une fenêtre de toilettes, située à 4m de hauteur. Il s'est blessé sur place, ce qui pourrait faciliter son identification. "L'émoi était notable, car tous se rappellent de l'attaque à main armée de 2009 au home Brugmann, durant laquelle un employé avait été tué", rappelle Laurent Masset. "Mais aucun pensionnaire n'a, cette fois, été en contact avec l'auteur." (MUA)