"Ces personnes décideront elles-mêmes de l'endroit où elles veulent aller", a expliqué le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende Omalanga, à l'AFP. Elles seraient au nombre de 28, selon une source aéroportuaire. D'abord hébergées dans un hôtel et un établissement religieux de Zongo, la ville congolaise située face à Bangui de l'autre coté de l'Oubangui, elles avait été éloignées d'une centaine de kilomètres de la frontière par le Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) et le gouvernement congolais. Le président déchu est au Cameroun depuis dimanche après avoir été renversé dimanche au terme d'une offensive-éclair de la rébellion du Séléka sur Bangui. Le Cameroun a précisé ne l'accueillir que temporairement. (PVO)

"Ces personnes décideront elles-mêmes de l'endroit où elles veulent aller", a expliqué le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende Omalanga, à l'AFP. Elles seraient au nombre de 28, selon une source aéroportuaire. D'abord hébergées dans un hôtel et un établissement religieux de Zongo, la ville congolaise située face à Bangui de l'autre coté de l'Oubangui, elles avait été éloignées d'une centaine de kilomètres de la frontière par le Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) et le gouvernement congolais. Le président déchu est au Cameroun depuis dimanche après avoir été renversé dimanche au terme d'une offensive-éclair de la rébellion du Séléka sur Bangui. Le Cameroun a précisé ne l'accueillir que temporairement. (PVO)