"Vu le caractère particulièrement sensible de ce dossier qui intéresse directement le fédéral et les Régions, il est impératif que nos services respectifs maintiennent un contact étroit", indique le chef de la diplomatie dans cette lettre adressée à Rudy Demotte pour la Wallonie, Rudi Vervoort pour la Région de Bruxelles-Capitale et Kris Peeters pour la Flandre. "Afin de contribuer à cette bonne coopération, j'ai demandé à mes services d'organiser une réunion de concertation et d'échange d'informations qui porterait sur le dossier syrien et sur les derniers développements dans la région du Moyen-Orient. Cette rencontre pourrait également être l'occasion de coordonner nos positions sur des questions qui ne sont pas réglées par la décision du Conseil (européen au niveau des ministres des Affaires étrangères, ndlr) mais qui ont un rapport direct avec cette problématique, notamment la question de la nécessaire vigilance envers le transit éventuel d'armes via notre territoire et la problématique du contrôle des engagements en matière de non-réexportation", ajoute M. Reynders dans cette lettre dont l'agence BELGA a obtenu une copie. (Belga)

"Vu le caractère particulièrement sensible de ce dossier qui intéresse directement le fédéral et les Régions, il est impératif que nos services respectifs maintiennent un contact étroit", indique le chef de la diplomatie dans cette lettre adressée à Rudy Demotte pour la Wallonie, Rudi Vervoort pour la Région de Bruxelles-Capitale et Kris Peeters pour la Flandre. "Afin de contribuer à cette bonne coopération, j'ai demandé à mes services d'organiser une réunion de concertation et d'échange d'informations qui porterait sur le dossier syrien et sur les derniers développements dans la région du Moyen-Orient. Cette rencontre pourrait également être l'occasion de coordonner nos positions sur des questions qui ne sont pas réglées par la décision du Conseil (européen au niveau des ministres des Affaires étrangères, ndlr) mais qui ont un rapport direct avec cette problématique, notamment la question de la nécessaire vigilance envers le transit éventuel d'armes via notre territoire et la problématique du contrôle des engagements en matière de non-réexportation", ajoute M. Reynders dans cette lettre dont l'agence BELGA a obtenu une copie. (Belga)