"Gazprom a commencé à extraire du pétrole du gisement Prirazlomnoye. C'est le premier projet de l'histoire en Russie d'exploitation de ressources offshore dans l'Arctique", a déclaré le groupe public dans un communiqué. Greenpeace avait dépêché le navire Arctic Sunrise à cet endroit, dans la mer de Barents, pour protester contre les projets d'exploitation de cette plateforme de Gazprom, afin de dénoncer les risques de l'exploitation d'hydrocarbures dans cette zone aux écosystèmes particulièrement fragiles. Le bateau de l'ONG avait été arraisonné par un commando héliporté russe, et les 30 membres d'équipage -- quatre Russes et 26 étrangers -- avaient été arrêtés. Détenus dans un premier temps à Mourmansk, au-delà du cercle polaire, les 30 membres de l'équipage ont ensuite été transférés à Saint-Pétersbourg, avant d'être remis en liberté après deux mois de détention provisoire. Mais pour le moment, ils ne peuvent pas quitter la Russie. La Russie a fait une priorité stratégique du développement de l'Arctique, une immense zone regorgeant de ressources en hydrocarbures qui n'a pour l'instant pas encore été exploitée. (Belga)

"Gazprom a commencé à extraire du pétrole du gisement Prirazlomnoye. C'est le premier projet de l'histoire en Russie d'exploitation de ressources offshore dans l'Arctique", a déclaré le groupe public dans un communiqué. Greenpeace avait dépêché le navire Arctic Sunrise à cet endroit, dans la mer de Barents, pour protester contre les projets d'exploitation de cette plateforme de Gazprom, afin de dénoncer les risques de l'exploitation d'hydrocarbures dans cette zone aux écosystèmes particulièrement fragiles. Le bateau de l'ONG avait été arraisonné par un commando héliporté russe, et les 30 membres d'équipage -- quatre Russes et 26 étrangers -- avaient été arrêtés. Détenus dans un premier temps à Mourmansk, au-delà du cercle polaire, les 30 membres de l'équipage ont ensuite été transférés à Saint-Pétersbourg, avant d'être remis en liberté après deux mois de détention provisoire. Mais pour le moment, ils ne peuvent pas quitter la Russie. La Russie a fait une priorité stratégique du développement de l'Arctique, une immense zone regorgeant de ressources en hydrocarbures qui n'a pour l'instant pas encore été exploitée. (Belga)