"La police a empêché l'accès à la presse à la salle d'audience où se déroulait le procès des six inculpés. Elle a également confisqué les GSM de toutes les personnes présentes dans le public et relevé leurs identités. En raison de ces incidents qui ont été actés par la greffière de la cour d'appel, la cour s'est retirée pour délibérer et a décidé de reporter le procès au 18 décembre prochain", a indiqué l'avocat Alexis Deswaef. "Il s'agissait d'initiatives prises par la police de la zone de Bruxelles Capitale-Ixelles et à l'insu du procureur général près la cour d'appel de Bruxelles. Ce dernier a d'ailleurs qualifié d'inadmissible la saisie des effets personnels du public et s'en est dit à la fois scandalisé et désolé. Il s'est désolidarisé de ces mesures et a estimé qu'il appartenait à ceux qui en avaient pris l'initiative, d'en supporter les responsabilités", a -t-il conclu. (Belga)

"La police a empêché l'accès à la presse à la salle d'audience où se déroulait le procès des six inculpés. Elle a également confisqué les GSM de toutes les personnes présentes dans le public et relevé leurs identités. En raison de ces incidents qui ont été actés par la greffière de la cour d'appel, la cour s'est retirée pour délibérer et a décidé de reporter le procès au 18 décembre prochain", a indiqué l'avocat Alexis Deswaef. "Il s'agissait d'initiatives prises par la police de la zone de Bruxelles Capitale-Ixelles et à l'insu du procureur général près la cour d'appel de Bruxelles. Ce dernier a d'ailleurs qualifié d'inadmissible la saisie des effets personnels du public et s'en est dit à la fois scandalisé et désolé. Il s'est désolidarisé de ces mesures et a estimé qu'il appartenait à ceux qui en avaient pris l'initiative, d'en supporter les responsabilités", a -t-il conclu. (Belga)