M. Kikunda explique avoir reçu la visite le 5 avril dernier d'un magistrat militaire contre lequel il avait déposé plainte pour tortures et traitements inhumains. En présence du directeur de la prison, d'un député et d'une trentaine de prisonniers, le magistrat aurait fait savoir qu'il était "au courant de la plainte" et que le plaignant s'exposait "à des conséquences fâcheuses". Il aurait ajouté qu'il "ne craignait pas la justice belge" et qu'il se rendrait d'ailleurs prochainement en Belgique. Ce magistrat aurait nié avoir été "personnellement présent" lors des tortures infligées à M. Kikunda. Dans son arrêt, la Haute Cour militaire dénonçait de graves violations du droit pendant la procédure. Elle a ainsi estimé "qu'il y a eu torture au regard du contenu des rapports médicaux versés au dossier". La Cour suprême de Justice de Kinshasa (CSJ), qui fait office de Cour de cassation devait prononcer un arrêt dans ce dossier le 3 octobre 2012 mais ce dernier s'est égaré. Le magistrat militaire visé par la plainte de M. Kikunda, aurait déjà annoncé à ce dernier que la décision de la Cour suprême sera en défaveur du plaignant. M. Kikunda a été condamné pour avoir transporté des armes au profit de Me Yangambi, un avocat défenseur des droits de l'Homme également détenu. Il clame son innocence et estime ne pas avoir eu droit à un procès équitable. (Belga)

M. Kikunda explique avoir reçu la visite le 5 avril dernier d'un magistrat militaire contre lequel il avait déposé plainte pour tortures et traitements inhumains. En présence du directeur de la prison, d'un député et d'une trentaine de prisonniers, le magistrat aurait fait savoir qu'il était "au courant de la plainte" et que le plaignant s'exposait "à des conséquences fâcheuses". Il aurait ajouté qu'il "ne craignait pas la justice belge" et qu'il se rendrait d'ailleurs prochainement en Belgique. Ce magistrat aurait nié avoir été "personnellement présent" lors des tortures infligées à M. Kikunda. Dans son arrêt, la Haute Cour militaire dénonçait de graves violations du droit pendant la procédure. Elle a ainsi estimé "qu'il y a eu torture au regard du contenu des rapports médicaux versés au dossier". La Cour suprême de Justice de Kinshasa (CSJ), qui fait office de Cour de cassation devait prononcer un arrêt dans ce dossier le 3 octobre 2012 mais ce dernier s'est égaré. Le magistrat militaire visé par la plainte de M. Kikunda, aurait déjà annoncé à ce dernier que la décision de la Cour suprême sera en défaveur du plaignant. M. Kikunda a été condamné pour avoir transporté des armes au profit de Me Yangambi, un avocat défenseur des droits de l'Homme également détenu. Il clame son innocence et estime ne pas avoir eu droit à un procès équitable. (Belga)