"Nous partons de l'idée que Bruxelles appartient aux Bruxellois et que tous les habitants de la ville doivent discuter entre eux des besoins de la ville", en matière par exemple d'allocations familiales ou d'enseignement, a-t-il déclaré à l'agence Belga. M. Van Besien dit ne pas comprendre les raisons qui ont conduit les francophones à chercher une concertation sur les matières transférées. Cette stratégie est contraire à l'esprit des accords institutionnels, estime le président des écologistes flamands - l'un des huit partis participant à la réforme de l'Etat. Il s'attend à ce qu'elle soit abandonnée dans la pratique. (Belga)

"Nous partons de l'idée que Bruxelles appartient aux Bruxellois et que tous les habitants de la ville doivent discuter entre eux des besoins de la ville", en matière par exemple d'allocations familiales ou d'enseignement, a-t-il déclaré à l'agence Belga. M. Van Besien dit ne pas comprendre les raisons qui ont conduit les francophones à chercher une concertation sur les matières transférées. Cette stratégie est contraire à l'esprit des accords institutionnels, estime le président des écologistes flamands - l'un des huit partis participant à la réforme de l'Etat. Il s'attend à ce qu'elle soit abandonnée dans la pratique. (Belga)