Les députés européens coucheront jeudi dans une résolution leur vision du mandat de négociation. Les gouvernements nationaux auront le dernier mot à ce sujet en juin, mais l'hémicycle pourrait finalement torpiller l'accord avec Washington en fin de partie, comme ce fut le cas l'an passé avec l'accord anti-contrefaçon Acta. A l'initative de la France, une partie du parlement mène campagne pour que les services audiovisuels soient exclus de l'accord. Ce point de vue figure d'ailleurs dans le projet de résolution du socialiste portugais Vital Moreira. Karel De Gucht a assuré qu'il défendrait bec et ongles la diversité culturelle européenne. Le soutien des autorités à l'audiovisuel public et à l'industrie cinématographique n'est ainsi pas négociable, pas plus que les quotas de diffusion des productions nationales. L'exclusion des services audiovisuels de l'accord n'est cependant "ni nécessaire ni légitime", selon le commissaire, qui insiste sur l'importance d'obtenir un mandat le plus large possible, ce qui lui donnerait une marge de manoeuvre suffisante pour porter le point de vue européen dans les négociations. (Belga)

Les députés européens coucheront jeudi dans une résolution leur vision du mandat de négociation. Les gouvernements nationaux auront le dernier mot à ce sujet en juin, mais l'hémicycle pourrait finalement torpiller l'accord avec Washington en fin de partie, comme ce fut le cas l'an passé avec l'accord anti-contrefaçon Acta. A l'initative de la France, une partie du parlement mène campagne pour que les services audiovisuels soient exclus de l'accord. Ce point de vue figure d'ailleurs dans le projet de résolution du socialiste portugais Vital Moreira. Karel De Gucht a assuré qu'il défendrait bec et ongles la diversité culturelle européenne. Le soutien des autorités à l'audiovisuel public et à l'industrie cinématographique n'est ainsi pas négociable, pas plus que les quotas de diffusion des productions nationales. L'exclusion des services audiovisuels de l'accord n'est cependant "ni nécessaire ni légitime", selon le commissaire, qui insiste sur l'importance d'obtenir un mandat le plus large possible, ce qui lui donnerait une marge de manoeuvre suffisante pour porter le point de vue européen dans les négociations. (Belga)