Selon des chiffres recensés par Médecins du Monde, en Belgique, 53% des personnes sans abri n'ont aucun accès aux soins, 30% ont été confrontées à un refus de soin en 2012 et seulement 25% ont un médecin de famille. "Beaucoup de personnes sans abri vivent dans la rue avec de graves maladie", explique Stéphane Heymans, coordinateur des projets belges de Médecins du Monde. "Il faut des mesures structurelles qui ne s'arrêtent pas à la fin de l'hiver. Malgré notre centre de soins permanent, il nous est impossible de prendre en charge les soins de santé de toutes les personnes sans abri en Belgique". C'est pourquoi la politique du logement doit devenir une priorité. "Près de 80% des patients ne savent où aller à la fin du Plan Hiver", dénonce Médecins du monde. "Prenons les cas d'une femme enceinte ou d'un homme en fauteuil roulant. Ces personnes ne devraient même pas être dans les centres d'accueil d'urgence. Pour elles, un toit et un accompagnement médical sont les conditions minimales pour une guérison". Médecins du Monde plaide aussi pour une plus grande présence des CPAS et des mutualités dans les centres d'accueil d'urgence afin de résoudre plus rapidement les problèmes administratifs d'accès aux soins. Pour l'association, le système actuel est trop complexe. Même les professionnels de la santé ne s'y retrouvent pas toujours. Médecins du Monde possède des structures permanentes à Anvers, Bruxelles et La Louvière. (Belga)

Selon des chiffres recensés par Médecins du Monde, en Belgique, 53% des personnes sans abri n'ont aucun accès aux soins, 30% ont été confrontées à un refus de soin en 2012 et seulement 25% ont un médecin de famille. "Beaucoup de personnes sans abri vivent dans la rue avec de graves maladie", explique Stéphane Heymans, coordinateur des projets belges de Médecins du Monde. "Il faut des mesures structurelles qui ne s'arrêtent pas à la fin de l'hiver. Malgré notre centre de soins permanent, il nous est impossible de prendre en charge les soins de santé de toutes les personnes sans abri en Belgique". C'est pourquoi la politique du logement doit devenir une priorité. "Près de 80% des patients ne savent où aller à la fin du Plan Hiver", dénonce Médecins du monde. "Prenons les cas d'une femme enceinte ou d'un homme en fauteuil roulant. Ces personnes ne devraient même pas être dans les centres d'accueil d'urgence. Pour elles, un toit et un accompagnement médical sont les conditions minimales pour une guérison". Médecins du Monde plaide aussi pour une plus grande présence des CPAS et des mutualités dans les centres d'accueil d'urgence afin de résoudre plus rapidement les problèmes administratifs d'accès aux soins. Pour l'association, le système actuel est trop complexe. Même les professionnels de la santé ne s'y retrouvent pas toujours. Médecins du Monde possède des structures permanentes à Anvers, Bruxelles et La Louvière. (Belga)