La législation belge limite en effet les possibilités de changement officiel de sexe en imposant des critères médicaux particulièrement stricts, note le communiqué de l'IEFH, renvoyant à une étude de droit comparé effectuée en octobre dernier. La loi belge exige que la personne souhaitant modifier son genre au Registre national remette avec sa demande une déclaration d'un psychiatre et d'un chirurgien. Ceux-ci doivent entre autres attester que l'intéressé a subi tous les traitements médicaux et interventions possibles et justifiés pour changer physiquement de sexe et qu'il est incapable de concevoir des enfants conformément à son sexe précédent. "Les conditions médicales imposées actuellement sont en contradiction avec les droits de l'homme", affirme l'IEFH, pointant plus particulièrement l'obligation d'une stérilisation irréversible. En conséquence et suite au constat d'un changement législatif dans divers pays européens, les ministres Joëlle Milquet (égalité des chances) et Annemie Turtelboom (justice) travaillent actuellement à une adaptation de la loi transsexualité belge, note le communiqué. (Belga)

La législation belge limite en effet les possibilités de changement officiel de sexe en imposant des critères médicaux particulièrement stricts, note le communiqué de l'IEFH, renvoyant à une étude de droit comparé effectuée en octobre dernier. La loi belge exige que la personne souhaitant modifier son genre au Registre national remette avec sa demande une déclaration d'un psychiatre et d'un chirurgien. Ceux-ci doivent entre autres attester que l'intéressé a subi tous les traitements médicaux et interventions possibles et justifiés pour changer physiquement de sexe et qu'il est incapable de concevoir des enfants conformément à son sexe précédent. "Les conditions médicales imposées actuellement sont en contradiction avec les droits de l'homme", affirme l'IEFH, pointant plus particulièrement l'obligation d'une stérilisation irréversible. En conséquence et suite au constat d'un changement législatif dans divers pays européens, les ministres Joëlle Milquet (égalité des chances) et Annemie Turtelboom (justice) travaillent actuellement à une adaptation de la loi transsexualité belge, note le communiqué. (Belga)