Depuis l'évasion d'Ashraf Sekkaki en 2009, planifiée à l'aide d'un GSM, les autorités font la traque à la téléphonie clandestine. Les systèmes de brouillage, expérimentés à Andenne et à Bruges, s'étant révélés trop onéreux, l'administration a opté pour des détecteurs de téléphones, qui semblent donner satisfaction. En 2011, 66 détections ont ainsi permis de retrouver 169 GSM. (WAE)

Depuis l'évasion d'Ashraf Sekkaki en 2009, planifiée à l'aide d'un GSM, les autorités font la traque à la téléphonie clandestine. Les systèmes de brouillage, expérimentés à Andenne et à Bruges, s'étant révélés trop onéreux, l'administration a opté pour des détecteurs de téléphones, qui semblent donner satisfaction. En 2011, 66 détections ont ainsi permis de retrouver 169 GSM. (WAE)