Vol MH370: la carte des dernières hypothèses

Stagiaire Le Vif

vendredi 21 mars 2014 à 11h39

On apprenait hier que deux gros objets flottants, peut-être en lien avec la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines, avaient été localisés par un satellite australien à 2 500 km au sud-ouest de Perth dans l’océan Indien.

En image le vol MH370 et les différentes hypothèses

En rouge, l’endroit où l’on aurait retrouvé des débris, à 2 300 km au sud-ouest de Perth en Australie.

En orange, Kuala Lumpur, le point de départ du vol MH370.

En mauve, l’endroit où l’on a perdu le contact avec l’avion.

Les pointillés en rouge simulent la trajectoire normale qu’aurait dû emprunter l’avion.

En vert, le Détroit de Malacca, vers lequel se dirigeait l’avion après avoir changé de cap.

En rose, l’énorme piste d’atterrissage de Palau Langkawi vers laquelle, selon Chris Goodfellow, ancien pilote et expert, l’avion avait prévu de se poser.

© Capture Google

La piste a été prise très au sérieux par les autorités malaisiennes. Toutefois, d’autres images devraient être envoyées par des satellites commerciaux redirigés pour prendre des photos des zones concernées en haute définition, en temps et en heure, afin de déterminer si les débris, dont le plus grand mesure 24 mètres, appartiennent bien au Boeing disparu, explique John Young, un responsable de l’Autorité australienne de sécurité maritime.

L’avion avait disparu des écrans dans la nuit du 8 au 9 mars peu de temps après son décollage. Le lendemain, les autorités malaisiennes annonçaient avoir localisé l’appareil pour la dernière fois vers 2h15 au nord-ouest de la Malaisie grâce à un radar militaire situé à 200 miles, ce qui indique qu’il avait dévié de sa trajectoire initiale.

Après de nombreuses théories plus ou moins crédibles, l’explication la plus plausible proposée jusqu’ici est reste d’un ancien pilote canadien Chris Goodfellow, selon qui un incendie, probablement dû à un problème électrique, se serait déclaré dans le cockpit et aurait poussé le personnel navigant à dévier de trajectoire pour rejoindre en urgence la piste d’atterrissage la plus sûre et la plus proche, celle de Palau Langkawi, ce qui expliquerait le changement de cap de l’appareil. Selon l’ancien pilote, le personnel aurait perdu connaissance à cause de la fumée et l’avion aurait continué à naviguer sur pilotage automatique jusqu’à ce qu’il tombe à court de carburant ou soit consumé par les flammes avant de s’écraser.

Les objets photographiés dimanche par les satellites ont été retrouvés bien loin de l’archipel malaisien de Palau Langkawi, dans une des zones les plus inhospitalières de la planète, loin de toute terre, à la jonction des océans Indien et Antarctique. Les recherches sont en cours pour déterminer au plus vite si les débris repérés appartiennent bien au Boeing disparu et, si tel est le cas, s’ils peuvent fournir des pistes sur ce qui est arrivé à l’appareil. Toutefois, cette étendue d’eaux glacées, peu fréquentée par les bateaux, est battue par les vents et la mer y est souvent démontée, ce qui risque d'handicaper les opérations de recherche, affirment les océanographes.

 

Les infos du Vif aussi via Facebook

Plus sur: , ,

 

Réactions

Walter Huybrecht | 22 mars 2014

Je ne connais pas le cockpit d'un avion, mais je suppose que le bouton "mayday" ne se trouvé pas cachè sous le siège du pilote et qu'il y a un réseau électrique "sécours" séparé. Un avion moderne ne parvient pas à tenir en air sans sans courant électrique. Le (les) pilotes ont voulu "disparaître" et ils ont bien réussit. Les services secrets peuvent lire ce testé mais ne parviennent pas à localiser les émissions des boîtes noires !

Inapproprié?

Walter Huybrecht | 21 mars 2014

Il me semble que cet avion avait beaucoup de carburant à bord ? Selon cette proposition toutes les connections électriques auraient été détriuites sauf le pilote automatique !!

Inapproprié?

Eric Justus | 21 mars 2014

Jacqueline, sauf si l'incendie a coupé les connexions bien sûr.

Inapproprié?

Jacqueline Defraigne | 21 mars 2014

En cas d'incendie on appelle à l'aide, on ne coupe pas les connexions.

Inapproprié?

 

Réagir

Ne manquez plus l’actualité importante du jour. Abonnez-vous à ces newsletters.

Inscrivez-vous à Le Vif newsletter quotidienne

Inscrivez-vous à Le Vif Auto newsletter hebdomadaire

Inscrivez-vous à Le Vif Santé newsletter hebdomadaire

E-mail:
 

Les articles les plus lus

Belgique