Enseignement : 10 leçons du classement Pisa 2009

mercredi 08 décembre 2010 à 11h34

Aussi attendue que redoutée, la plus grande enquête internationale a rendu son verdict : notre école progresse en lecture, mais cale en maths et en sciences. Dix leçons du classement Pisa 2009.

© Thinkstock

Classé secret défense jusqu’à la dernière minute – les services ont des consignes strictes d’embargo, sous peine de sanctions - Pisa était présenté à la presse le 7 décembre, dans tous les pays testés, à 11 heures tapantes. Nos journalistes guettaient l’après-midi, fuseau choisi par la Communauté française pour livrer son analyse de l’édition 2009. « Yes, we can, note Marie-Dominique Simonet. Mais la modestie reste de mise. » Dix leçons du classement Pisa 2009.

  1. L’élève francophone progresse en lecture. Par rapport à 2000, son score grimpe de 14 points (de 476 à 490). Il se situe juste en dessous de la moyenne de l’OCDE, qui passe, elle, de 500 à 493. Mais il fait mieux que la moyenne des pays de l’UE (486). Un saut qui équivaut à une demi-année d’étude, m qui ne fait pas de notre école un pays leader, à la hauteur de la Corée ou de la Flandre.
  2. Le plus faible progresse mais aussi le plus fort. En une décennie, nous comptons moins de « très faibles lecteurs », passant de 28 % à 23 %. Reste qu’ils sont trop nombreux - presque un jeune sur 4 n’a pas de bagage suffisant en lecture. Des scores presque aussi médiocres que le Mexique, dernier du palmarès. Nous comptons également un peu plus de lecteurs « moyens » (+ 3 %) et augmentons le nombre d’élèves « forts » (+ 2 %). En clair, il n’y a pas de nivellement par le bas.
  3. . … mais il cale en maths et surtout en sciences. Là, l’élève francophone recule. En sciences, il se classe dans le bas du tableau, avec 487, bien en dessous des moyennes de l’OCDE (501) et de l’UE (497) : c’est moins bien qu’en 2000, 2003 et 2006. Il décroche en maths, passant de 498 en 2003 à 488 en 2009.
  4. Les garçons sacrifiés. Une année d’étude. Voilà l’écart entre les garçons et les filles en Communauté française en lecture. Cet écart existe partout dans l’OCDE. Mais, parmi les pays où l’écart se réduit entre les sexes, c’est chez nous que Pisa note la meilleure progression : en 2000, l’écart était de à 35 points, en 2009, 25 points.
  5. Difficile d’être gosse de pauvres. L’écart entre le peloton (25 % des élèves les plus nantis) et l’échappée (25 % des moins nantis) est le plus grand de tous les pays industrialisés : 136 points d’écart, qui correspond à plus de 4 années de scolarité. Cet écart fait de notre école la plus inégalitaire.
  6. Des écoles d’élites, les autres, loin derrière. 37 des 110 écoles étudiées, cartonnent, se classant au dessus des plus forts, la Corée et la Finlande. L’écart avec les écoles les plus faibles atteint 151 points : on bat tous les records..
  7. En ligne de mire : le redoublement. Parmi nos jeunes interrogés, 48 % ont redoublé au moins une fois. On a donc testé des élèves qui n’étaient pas en 4e secondaire, l’année correspondant en principe à leur âge. Or, l’OCDE note que les pays où le redoublement est fréquent sont aussi ceux qui enregistrent les plus mauvais résultats. En clair, il faut briser le tabou du redoublement.
  8. La part de vérité politique. Pour l’ULg, chargée de l’analyse, les progrès en lecture sont la preuve que les réformes menées ces dernières années ont porté leurs fruits, une conclusion partagée par l’exécutif communautaire. Les élèves qui se sont soumis au Pisa 2009 ont entamé leur scolarité en 2000, coachés par des enseignants qui se sont mobilisés.
  9. La Flandre recule. Elle perd 13 point en lecture par rapport à l’épreuve de 2000. Mais elle se classe toujours 6e (29 points d’écart avec la Communauté française), 3e en maths (49 points d’écart) et 7e en sciences (44 points d’écart).
  10. L’Europe de plus en plus distanciée par l’Asie. Le saut opéré par les systèmes asiatiques est étonnant. La Corée et le Japon se classe dans le top 5. Si l’on tient compte des entités économiques, le record des records est battu par Shangaï, leader toutes catégories.

SORAYA GHALI

LES RÈGLES DU JEU
Pour l’OCDE, 520 000 ados de 15 ans (où qu’ils soient dans leurs parcours scolaires) ont passé, l’an dernier, une épreuve portant sur la lecture. On peut pour la première fois la comparer à un Pisa antérieur, celui de 2000, également axé sur la lecture.

Les infos du Vif aussi via Facebook

Plus sur: , , ,

 

Réactions

Thiebault | 11 décembre 2010

@ Jacqouille : Merci pour cette fine analyse ! Il y a donc de très bonnes écoles en Belgique francophone, wouaw ! Je vous invite à relire la leçon n° 5 qui dit que l'enseignement en Communauté française de Belgique est le plus inégalitaire. Je rappelle tout de même que le but de l'enseignement n'est pas d'offrir aux les "nantis" les meilleures chances de pérenniser leur statut social au détriment des "pauvres" qui n'ont dès lors pas d'autre alternative que de demeurer des pauvres. À ce titre, je vous invite à vous informer sur la théorie de Jacques Cornet au sujet de la "lutte des places". Et par la même occasion, (re)lisez Bourdieu et ce qu'il appelle le "capital social". Quant à la réussite de vos enfants, dont je me réjouis pour vous, il y a deux explications : soit le mérite leur revient de plein droit, soit ce sont les écoles élitistes dans lesquelles vous les avez inscrits qui en sont la cause. Dit autrement : soit vous pensez que les capacités intellectuelles de vos enfants leur aurait permis de réussir, quelle que soit l'école, soit vous méprisez à un tel point leurs capacités que vous jugez salvateur le choix des écoles pour leur donner les chances de réussir dans la vie.

Inapproprié?

cicer | 9 décembre 2010

Notre école progresse (lire le titre du Soir) ?! Comme quoi la lecture des conclusions de Pisa peut être tronquée pour les nigauds qui ne savent pas lire. Et ce ne sont pas les faibles exigences des évaluations de 6e primaire qui vont relever le niveau de nos performances. Demotte m'a fait hurler de rire en disant que c'était grâce aux ministres Arena et Dupont ...et-du bout des lèvres- Simonet, sans oublier -en sourdine- le travail des professeurs. Il ne croyait pas si bien dire : les élèves n'y sont pour rien !

Inapproprié?

Jacqouille | 8 décembre 2010

Puisque les écoles "élitistes" (a définir) se classent à des niveaux enviables, pourquoi ne pas prendre exemple sur elles pour améliorer le score général ? Je suis employé et mon épouse également, nous ne sommes donc pas des "nantis" mais nous n'avons eu aucune difficultés pour mettre nos enfants dans ces écoles. Lors de sa dernière années d'ingénieur, notre fille aînée est allée 5 mois en Finlande à l'université d'Helsinsky dans le cadre d'Erasmus. A part un approfondissement de l'anglais (ce qui était le but premier) elle n'y a strictement rien appris de neuf qu'elle savaient déjà avant de partir. Actuellement, notre seconde fille suis un parcours très satisfaisant en biologie médicale à l'université. J'en déduis qu'il y a donc d'excellentes écoles primaires et secondaires et que celles-ci doivent servir d'exemple pour la politique éducative, comme déjà dit plus haut.

Inapproprié?

Alpha-Mike | 8 décembre 2010

Narsouille@ & Ricky @ vous ne vous trompiez pas, le chemin est encore long. Le chemin est truffé d'embûches pour relever le niveau de compétences des élèves et étudiants belges en général. Il faut persévérer dans cette voie car la liste officielle montre bien qu'il n'y a presque plus d'élite en général pour faire avancer ce petit bout du monde. L'élitisme tant qu'il permet à tous de progresser n'a rien de réprouvant.

Inapproprié?

Ricky | 8 décembre 2010

Bref les écoles catholiques que l'on tente désespérément de démolir sous prétexte qu'elles sont élitistes tirent les statistiques vers le haut. Et surtout on oublie que dans beaucoup d'écoles, les résultats sont complètement faussés parce que les directeurs refusent d'accorder aux professeurs le demi-jour prévu pour les corrections des tests. Donc ce sont les élèves qui corrigent eux-mêmes les épreuves. Cette situation, je l'ai vécue pratiquement depuis la naissance de ces fameux tests. Et mon école ne doit pas être la seule à pratique de la sorte.

Inapproprié?

 

Réagir

Ne manquez plus l’actualité importante du jour. Abonnez-vous à ces newsletters.

Inscrivez-vous à Le Vif newsletter quotidienne

Inscrivez-vous à Le Vif Auto newsletter hebdomadaire

Inscrivez-vous à Le Vif Santé newsletter hebdomadaire

E-mail:

Les articles les plus commentés

 

International

Insolite