Cinq viols collectifs par semaine en Belgique

lundi 05 novembre 2012 à 16h01

Les chiffres évoqués par la ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet ne rassurent pas : en moyenne, il y aurait cinq agressions sexuelles collectives par semaine en Belgique. Malgré le caractère dramatique de ce genre d’abus, les agressions sexuelles collectives sont en légère diminution par rapport aux années précédentes.

D’après les chiffres de la police fédérale diffusés par le cabinet de la ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet, de 250 cas par an, on passe à 231 en 2012. Mais les chiffres ne sont pas représentatifs de la réalité selon un membre de l’asbl Garance. « Les femmes victimes de viol osant porter plainte se font rares. En moyenne 10% seulement des agressions sont rapportées à la police ». Côté justice, notre pays se place parmi les derniers d’Europe. L’association ONU femmes, basée aux Etats-Unis, critique d’ailleurs Bruxelles pour son manque d’implication judiciaire dans ce type d’affaires. Le rapport de 2011 indique que seulement 4% des affaires de viols vont jusqu’ à une condamnation de l’auteur des faits.

Plus de plaintes pour les viols non collectifs

Selon Martine Charlier, responsable juridique de l’asbl SOS viol, la demande d’aide pour les viols collectifs est quasiment inexistante. L’an dernier seule une personne est venue pour faire face à ce type de problèmes. « S’il y a deux cas par an, c’est déjà beaucoup ». Par contre, sur la seule année 2012, la demande d’aide pour les viols en général a augmenté de 30%. D’après Martine Charlier, les victimes réagissent beaucoup plus vite qu’auparavant.

Pour la plupart des viols collectifs, ce sont des agressions de mineurs d’âge sur mineur également. La tendance n’est pas aussi catégorique pour les autres types de viol. Bien souvent, ce sont les membres de la famille, un collègue ou une personne de confiance qui sont à l’origine de l’agression. Un fait que l’on ne retrouve pas pour les viols collectifs. L'information selon laquelle les viols collectifs sont souvent liés à des bandes africaines à Bruxelles est démentie par le cabinet Milquet

Un sujet trop tabou ?


Malgré l’absence de services d’aide spécialisés sur le sujet, les services connexes d’écoute ne sont pas saturés par la demande. A Bruxelles, les plannings familiaux ne reçoivent quasiment pas de personnes ayant subi ce type d’agressions . Pour Martine Charlier ce n’est pas spécialement dû à la peur de parler. « Le problème c’est le délai des procédures judiciaires en cas de poursuites de l’agresseur. La victime doit généralement attendre quelques années avant que la condamnation ou la sanction ne tombent . Les personnes qui ont subi ce type d’attaque ont besoin de se reconstruire. Savoir que l’on risque de passer beaucoup de temps en confrontation, à revenir sans cesse sur les faits ou à expliquer l’agression à la police décourage beaucoup de victimes à porter plainte et à venir en parler ».

Victimes et agresseurs

En général, les viols collectifs concernent pour plus des 3/4 la gent féminine. Mais la problématique des hommes existe aussi. En 2012, 7 agressions recensées par la police ont été commises contre 3 en 2011. Les agresseurs quant à eux restent principalement des hommes. La situation s’est légèrement améliorée par rapport à l’an passé. Mais cette amélioration est à nuancer, car les faits non dénoncés constituent une part importante de la réalité de la problématique.

Violaine Krebs (stg)

Les infos du Vif aussi via Facebook

Plus sur: , ,

 

Réactions

oli lion | 6 novembre 2012

sans une ERADICATION pure et simple des sous hommes qui se rendent coupables de ses éxactions et une éducation civique et morale FORCEE (entr'autre du respect de la femme),de la population a risque,nous courrons a la catastrophe !!! tout ça "grace" a la société et sa justice permissive et "droit de l'hommiste"...ici,il n'ya plus que les crapules et les pourris qui ont des droits....LEURS VICTIMES...NON !!!!!!

Inapproprié?

Michel Charles | 6 novembre 2012

Mais que fait la ministre CDH de l'intérieur, la fameuse Joëlle Milquet, qui travaille nuit et jour, qui travaille comme une folle ??? Toujours des promesses, surtout en période d'élections, quand voit-on encore actuellement des policiers dans le métro ??? Où est la sécurité continuellement promise par cette ministre ??? Elle a été virée de la ville de Bruxelles, pourquoi ne pas faire la même chose au niveau du gouvernement fédéral ??? Cela n'irait certainement pas plus mal après son départ !!!

Inapproprié?

franco ventura | 6 novembre 2012

le viol est un crime odieux, vous êtes souillés au plus profond de vous même , traiter pire qu un animal , Etre violé c est comme perdre un enfant , c est une douleur psychologique qui vous quitera plus jamais, c est une blessure interne qui vous broie et vous ne pouvez rien y faire. IL FAUT QUE LA JUSTICE PUNISSE PLUS SEVEREMENT LEURS AUTEURS ? AUCUNE PITIE POUR CETTE RACAILLE IMMONDE

Inapproprié?

Maurice Joly | 6 novembre 2012

Le résultat du laxisme inouï de nos tribunaux! On relâche des multi récidivistes et d'autre part, quand elles le sont, les peines prononcées sont ridicules et encore abrégées par les réductions de peine accordées quasi systématiquement aux pires des prédateurs. Cette "justice" compassionnelle "bobo" se fait complice du crime, elle donne un signal fort d'encouragement à la délinquance. Un sentiment d'impunité, de sur puissance à la crapule. Je viens de lire dans les pages du "Vlan" l'horrible histoire récente de cette enseignante de Molenbeek frappée au visage à coup de poing américain (oui, oui, vous avez bien lu) par un élève de 17 ans; prénommé Ali (vous préférez Vladimir les bobos, je sais c'est plus politiquement correct, mais non, c'est bien Ali). Cette pauvre femme est handicapée à vie et n'enseignera plus jamais, son agresseur à été lourdement sanctionné......Pensez, 60 heures de travaux d'intérêt public!!!!!!! Qu'il ne fera même pas, car cette "peine" court jusqu'à ses vingts ans et il en à aujourd’hui 19 et demi. Un petit certificat médical, et le voila tiré d'affaire! Pauvre femme, ainsi maltraitée par la justice! Au secours, je dois vomir!

Inapproprié?

jean-pierre marlier | 6 novembre 2012

VIOL = RAPE en américain. "RAPE IS A CRIME" = VIOL EST UN CRIME. AUX USA LES MEC QUI SE FONT ATTRAPER POUR VIOLS N'ONT PAS LA VIE AUSSI FACILE QU'EN BELGIQUE !!!!! SANS COMMENTAIRE , JE SUPPOSE.

Inapproprié?

 

Réagir

Ne manquez plus l’actualité importante du jour. Abonnez-vous à ces newsletters.

Inscrivez-vous à Le Vif newsletter quotidienne

Inscrivez-vous à Le Vif Auto newsletter hebdomadaire

Inscrivez-vous à Le Vif Santé newsletter hebdomadaire

E-mail:

Les articles les plus commentés

 

International

Insolite