Les véhicules LPG en net recul en Belgique

Le Vif

Source: Belga
mercredi 03 avril 2013 à 17h46

Le nombre de voitures roulant au LPG a baissé de moitié en dix ans en Belgique. De 54.667 en 2002, on n'en recensait plus que 25.762 (-47%) l'an dernier, rapporte mercredi VTM. Touring explique cette baisse par un soutien trop timide des autorités en faveur de ce carburant.

© Thinkstock

Touring souligne que les émissions de CO2 et de particules fines pour des véhicules équipés de systèmes LPG sont nettement inférieures à celles des voitures à essence. "Les récents systèmes LPG sont très avancés, plus propres et encore plus sûrs", selon l'organisation automobile.

Touring demande que les autorités, qui doivent prochainement élaborer une nouvelle politique fiscale en matière de mobilité, favorisent fiscalement les voitures roulant au LPG par l'introduction d'une prime et la réduction de moitié de la taxe de roulage. Elle plaide aussi pour une campagne d'information.

"Avec le transfert des compétences, les Régions ont une occasion unique de donner une autre approche fiscale à ce secteur", commente l'organisation.

La Belgique compte actuellement 5,36 millions de voitures. Le nombre de véhicules LPG représente donc à peine 0,5% de l'ensemble du parc, alors que cette proportion est de 8% chez nos voisins néerlandais.

Les infos du Vif aussi via Facebook

Plus sur: , , ,

 

Réactions

Georges Meurice | 5 avril 2013

J'ai utilisé le LPG sur trois de mes voitures : Honda Accord 2000 - Subaru Leone coupé 1600 - Subaru Legacy 2000. Ce carburant était très économique à condition de parcourir plus de 25000 km/an. Ensuite, les avantages octroyés aux véhicules diesel m'ont décidé à m'orienter vers ces moteurs... pour revenir maintenant à une voiture à essence car mes déplacements annuels se limitent désormais à 10000 et quelques kms par an. L'installation LPG est assez onéreuse et les moteurs les plus pointus actuellement ne le supportent pas (soupapes, capteurs électroniques, etc.) Seuls les propriétaires de gros pick-up américains continuent à l'utiliser désormais.

Inapproprié?

Jean Vandendries | 5 avril 2013

J'avais une mercedes LPG qui fonctionnait à merveille, je l'ai revendue dès que ces cons de politicards ont presque doublé la taxe de circulation pour les véhicules LPG. Véhicule propre ne rapporte pas au gouvernement. On se fiche de la pollution ou pas de pollution ce ne sont que des excuses pour taxer. Ils sont en train de prévoir de mettre le diesel au prix de l'essence soit disant pour éviter la pollution. Une chance qu'on a le lobby des routiers. Mais ils n'envisagent pas de mettre l'essence au prix du diesel pour encourager la diminution de la pollution. SEULES les taxes dirigent leurs actions, ils n'ont pas la moindre once d'intérêt écologiste.

Inapproprié?

Jean-Marie ARQUIN | 5 avril 2013

Et pour mémoire, certaines marques qui en faisaient la promotion ont depuis lors totalement changé leur "politique" en la matière. C'est le cas de "ma" marque (Subaru) dont plus aucun moteur ne supporte la conversion depuis 2007. J'imagine que ce qui est techniquement en cause est la dynamique des soupapes; et commercialement, la nécessité de rentabiliser la mise au point du boxer turbo diesel.

Inapproprié?

Baudouin Petit | 4 avril 2013

La raison principale, c'est sans doute que les véhicules à LPG sont interdits dans de nombreux parkings, voire tunnels. C'est très dissuasif.

Inapproprié?

Maurice Joly | 4 avril 2013

Le LPG est une solution dans le souci de diversifier et de valoriser les différents carburants. Il pollue moins, c'est un fait. Reste le coût, une petite incitation des pouvoirs publics serait la bienvenue.

Inapproprié?

 

Réagir

Ne manquez plus l’actualité importante du jour. Abonnez-vous à ces newsletters.

Inscrivez-vous à Le Vif newsletter quotidienne

Inscrivez-vous à Le Vif Auto newsletter hebdomadaire

Inscrivez-vous à Le Vif Santé newsletter hebdomadaire

E-mail:

Reportage photos

Concept cars et prototypes, le futur proche

Les salons automobiles offrent l’occasion aux constructeurs de tester des voies alternatives en présentant des concepts originaux. Depuis les futures versions de série jusqu’aux interprétations les plus personnelles…ces prototypes permettent aux constructeurs d’éveiller le grand public aux technologies de demain. Par Jean-François Christiaens.

 

Articles les plus partagés