Yémen: une otage suisse libérée après presqu'un an de captivité

28/02/13 à 01:46 - Mise à jour à 01:46

Source: Le Vif

(Belga) Une enseignante suisse enlevée au Yémen en mars 2012 a été libérée mercredi, ont indiqué à l'agence de presse suisse ATS les Affaires étrangères helvétiques.

La jeune femme est arrivée à Doha, au Qatar, et se trouve en bonne santé. Elle sera rapatriée prochainement en Suisse. Les Affaires étrangères suisses ont exprimé leur reconnaissance à l'Etat du Qatar pour "les efforts extraordinaires" déployés tant par l'émir du Quatar, cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani, que par le prince héritier Tamim Ben Hamad Al-Thani. Aucun détail supplémentaire n'a été donné par respect pour la vie privée de l'ex-otage et de ses proches. Pour toute victime d'un enlèvement, le retour à la vie normale est un long processus, rappellent le département. La jeune femme a été libérée grâce à la médiation de certaines tribus, ont indiqué les agences de presse italienne Adnkronos et chinoise Xinhua, citant des propos du ministère de l'Intérieur yéménite. Les négociations se sont déroulées dans la province de Shabwa, dans le sud du pays. La Suissesse, aujourd'hui âgée de 33 ans, a été enlevée le 13 mars 2012. Des hommes armés s'étaient introduits dans sa maison de Hodeïda, sur le littoral de la mer Rouge. Enseignante pour un institut de langues, elle avait réussi à contacter une de ses collègues par téléphone, l'informant que des inconnus en tenue militaire l'avaient séquestrée. Ils l'avaient conduite dans la province de Chabwa pour réclamer la libération de prisonniers détenus à Hodeïda. Un porte-parole du ministère de l'Intérieur yéménite avait par la suite déclaré que les ravisseurs avaient demandé au gouvernement yéménite de libérer des membres de leur tribu en échange de l'otage. L'agence de presse Xinhua, citant un chef tribal, avait alors évoqué la demande d'une rançon de 1,2 million de francs suisses (près d'un million d'euros). Les autorités suisses ont démenti avoir versé une rançon. (BPE)

Nos partenaires