Violences policières:deux syndicats de police dénoncent les déclarations d'Yvan Mayeur

02/05/14 à 16:44 - Mise à jour à 16:44

Source: Le Vif

(Belga) Deux syndicats policiers, SLFP-Police et le Sypol, ont dénoncé vendredi les déclarations du bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Yvan Mayeur (PS), concernant un cas de violence policière survenu dimanche dernier au Mont des Arts, où deux jeunes hommes ont été tabassés par des policiers de la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles. Selon eux, le bourgmestre considère les deux policiers impliqués dans l'incident comme étant coupables, alors que les résultats de l'enquête ne sont pas encore connus.

Violences policières:deux syndicats de police dénoncent les déclarations d'Yvan Mayeur

Selon Vincent Gilles, président national du SLFP-Police, l'affaire fait l'objet d'une politique de deux poids deux mesures. "Un des policiers impliqués dans les faits, a été cité devant le tribunal correctionnel de Bruxelles le 19 juin prochain dans le cadre d'une procédure de comparution immédiate. Quand un policier est victime de violences, on ne fait pas preuve du même empressement pour sanctionner le coupable", a-t-il estimé. "Cette différence de traitement relève d'une approche électoraliste et témoigne d'une vision à géométrie variable de la justice. Or, sur l'ensemble du territoire belge, on recense annuellement 7900 faits de violence contre des policiers, contre 117 faits de violences exercées par des policiers dont 4 à 5 sont des cas de violence gratuite avérée", a-t-il conclu. Eddy Lebon, secrétaire général du syndicat policer Sypol, a tenu des propos allant dans le même sens. Il a suggéré que les policiers soient équipés de "bodycams" durant leur service. Selon lui, leur usage serait un outil intéressant pour remédier aux violences exercées par ou contre les policiers. Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles n'a pas souhaité s'exprimer tant qu'une enquête du comité P est en cours. Dans les médias, il avait indiqué que les faits étaient "assez clairs" et précisé que l'inspecteur avait été suspendu. Il avait ajouté qu'au tribunal, un avocat défendrait l'honneur de la zone de police contre ce policier, pratique assez exceptionnelle. (Belga)

Nos partenaires