Violences policières à Mortsel - Les partis flamands et les syndicats policiers veulent des enquêtes

22/02/13 à 11:44 - Mise à jour à 11:44

Source: Le Vif

(Belga) La diffusion par la VRT d'un reportage sur des violences policières ayant entraîné la mort d'un détenu à Mortsel en 2010 a suscité un certain émoi en Flandre et au sein de la police.

Contactés par Belga, les syndicats policiers demandent une enquête du comité P, tout en notant que la procédure pouvait s'avérer lourde pour les agents incriminés, même s'ils sont blanchis. Dans un communiqué, le député CD&V Michel Doomst appelle lui aussi à une enquête du comité P, ainsi que du Conseil supérieur de la Justice Le député sp.a Renaat Landuyt propose pour sa part de mettre en place, aux côtés du comité P, un "comité J", chargé de surveiller la Justice. Dans l'affaire de Mortsel en particulier, il estime que l'enquête doit porter non seulement sur les actes policiers, mais aussi sur l'ordre d'injecter au détenu un calmant. D'après M. Landuyt, c'est la première fois qu'un magistrat donne la consigne d'injecter un tel produit. Un comité J, composé de magistrats indépendants pourrait, selon lui, se pencher sur un tel dossier. "Aujourd'hui, l'enquête est menée au sein de la magistrature anversoise elle-même et cela me laisse perplexe", dit-il. L'émission Panorama (VRT) a montré jeudi soir une reconstitution des derniers instants de Jonathan Jacob, un habitant d'Affligem de 26 ans décédé il y a trois ans dans une cellule de la police de Mortsel après avoir été maîtrisé par l'équipe d'assistance spéciale de la police anversoise et s'être vu administrer un calmant de force, alors qu'il était sous l'influence d'amphétamines. (MUA)

Nos partenaires