Violences policières à Mortsel - Le Comité P s'interroge depuis longtemps sur l'unité spéciale de la police d'Anvers

23/02/13 à 09:59 - Mise à jour à 09:59

Source: Le Vif

(Belga) Le Comité P, l'organe parlementaire de contrôle de la police, a déjà souligné la dangerosité voire l'illégalité de l'unité spéciale de la police locale d'Anvers, mise en cause dans le décès d'un homme de 26 ans au commissariat de Mortsel, rapporte samedi la presse flamande.

Le quotidien De Morgen cite ainsi un rapport de 2003 du Comité P, dans lequel l'organe avait enquêté sur deux interventions de cette unité spéciale (BBT, pour Bijzondere Bijstandsteams), devenue opérationnelle en 1993. "Ces pseudo-unités spéciale" contreviennent "à la lettre et à l'esprit de la loi du 7 décembre 1998", relevait l'organe de contrôle. Les unités spéciales recourent généralement davantage à la violence, ajoutait le Comité P, s'interrogeant sur le bien-fondé de ces procédés. Le Comité P avait alors recommandé de ne plus organiser ces unités au niveau local, mais au niveau de la police fédérale, pour en assurer une meilleure professionnalisation. Une recommandation qui n'a pas abouti pour des raisons politiques et de mise en oeuvre, notamment de rapidité d'intervention, selon le comité. La diffusion jeudi soir sur la VRT des images d'une intervention de la BBT anversoise ayant abouti au décès d'un homme de 26 ans au commissariat de Mortsel il y a trois ans a relancé la polémique sur cette unité spéciale de la police locale. (VEK)

Nos partenaires