Violences en Ukraine - La situation à Kiev objet d'un débat au parlement

20/02/14 à 15:43 - Mise à jour à 15:43

Source: Le Vif

(Belga) La situation à Kiev a monopolisé le parlement durant une petite heure jeudi, le Premier ministre Elio Di Rupo énumérant, en réponse aux interpellations d'une dizaine de députés, les pistes actuellement sur la table à l'heure où les chefs de la diplomatie européenne s'apprêtaient à débattre de la crise ukrainienne.

Violences en Ukraine - La situation à Kiev objet d'un débat au parlement

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders s'inspirera d'une résolution votée par la Chambre le 13 février insistant notamment sur l'importance de la diplomatie européenne, dont la représentante Catherine Ashton a été largement critiquée jeudi par les députés, singulièrement sur le bancs libéraux. Elio Di Rupo a évoqué les pistes sur la table, notamment l'embargo sur les armes et équipements utilisés pour la répression interne, une thématique sur laquelle se sont déjà positionnées les Régions wallonne et flamande, compétentes en la matière. "Des mesures ciblées à l'égard des responsables de violences doivent être envisagées. Je pense par exemple au gel des avoirs financiers sur le territoire de l'Union européenne et au refus de visas pour entrer dans l'Union Européenne", a encore dit le Premier ministre. Ce dernier a également évoqué les "mécanismes internationaux" qui permettent de peser sur l'Ukraine eu égard à ses engagements internationaux, notamment au Conseil de l'Europe ou à l'OSCE, qui permettent par exemple d'envoyer des observateurs internationaux. Rappelant qu'il était favorable à un accord de coopération avec l'Ukraine, le Premier ministre a souligné combien l'Europe était une terre de démocratie et de progrès. "Nous n'avons jamais payé pour qu'un pays se rapproche de nous", a-t-il assuré. L'Europe reste "déterminée à favoriser le cours des réforme en Ukraine et à signer un accord d'association longuement négocié avec ce pays", a-t-il conclu. (Belga)

Nos partenaires