Viande de cheval - Le commissaire européen Borg prudent sur le coût de nouvelles règles d'étiquetage

12/03/13 à 10:17 - Mise à jour à 10:17

Source: Le Vif

(Belga) Le commissaire européen en charge de la santé et de la protection des consommateurs, Tonio Borg, se veut prudent face aux appels au renforcement de l'étiquetage de la viande. Lors d'un débat mardi au Parlement européen, il a souligné que l'étiquetage n'était pas la cause du scandale de la viande de cheval. Il veut mesurer les coûts qui découleraient de nouvelles obligations.

Réunis en session plénière à Strasbourg, les eurodéputés ont débattu mardi matin de l'émoi suscité par la découverte de quantités massives de viande de cheval commercialisée comme du boeuf. Plusieurs élus ont pressé la Commission de renforcer le cadre légal pour punir plus sévèrement la fraude. Certains veulent en profiter pour revoir des règles d'étiquetage adoptées en 2011, trop peu contraignantes selon eux. Adoptées après d'intenses tractations, celles-ci n'imposent en effet la mention de l'origine que pour le boeuf. M. Borg a indiqué qu'un rapport de ses services sur la mise en oeuvre des nouvelles règles, initialement prévu pour la fin de l'année, serait avancé. Sur cette base, la Commission présentera éventuellement de nouvelles propositions. Mais le Maltais ne semble pas acquis à l'idée de règles plus strictes. Le scandale du cheval est en premier lieu une affaire de fraude, a-t-il dit, estimant que l'étiquetage constitue un problème distinct. Il s'interroge surtout sur le coût de nouvelles obligations, en particulier pour la viande composée issue de plusieurs pays européens. Il s'agit d'éviter le protectionnisme, a-t-il dit. M. Borg semble privilégier la voie d'un renforcement des sanctions contre les fraudeurs. Les pénalités financières devraient au moins être égales aux profits réalisés, a-t-il dit. "Il faut montrer que le crime ne paie pas". Son porte-parole a précisé à Belga que de nouvelles sanctions pourraient être présentées dans le cadre d'un paquet législatif sur la santé animale attendu au printemps. (MUA)

Nos partenaires