Vande Lanotte justifie son veto contre l'ancien patron de la SNCB Descheemaecker

18/03/14 à 12:36 - Mise à jour à 12:36

Source: Le Vif

(Belga) Le vice-Premier ministre sp.a Johan Vande Lanotte a confirmé mardi avoir mis son veto à la nomination de l'ex-administrateur délégué de la SNCB Marc Descheemaecker à la tête du groupe réformé, le justifiant par quatre motifs.

Vande Lanotte justifie son veto contre l'ancien patron de la SNCB Descheemaecker

La faible ponctualité des trains, le "puits sans fond" du transport de fret, un héritage financier négatif et un manque de vision au bénéfice de l'usager constituent autant de raisons de ne pas prolonger le mandat du CEO, a affirmé M. Vande Lanotte (sp.a), que l'ancien patron étiqueté Open Vld attaque avec virulence dans un récent ouvrage. "Il a raison. J'ai effectivement opposé mon veto à sa nomination comme CEO de la nouvelle SNCB. J'ai des raisons profondes, et qui ne sont pas les dix qu'il énumère. Quatre raisons, chacune motivée par une conviction: le voyageur doit être au centre des préoccupations de la SNCB", a ajouté M. Vande Lanotte. A ses yeux, l'action entreprise par le nouveau patron de la SNCB Jo Cornu en matière de mobilité prouve qu'agir autrement est possible. "En janvier, plus de 90% des trains étaient dans les temps, en février 89,9%", selon le ministre. Il rappelle en outre le trou de 2 milliards d'euros de la section cargo de la SNCB, que dirige M. Descheemaecker depuis 2002 sans être parvenu à faire du fret ferroviaire une activité rentable. La direction a en outre découvert un trou de 225 millions d'euros dans les comptes des activités de fret après le départ de l'ancien patron, ajoute M. Vande Lanotte. Enfin, le ministre reproche à Marc Descheemaecker une absence de vision pour le voyageur. Les solutions qu'il propose dans son ouvrage, régionaliser et privatiser, "n'en sont pas pour l'usager". "La constante du discours de Descheemaecker, c'est de dire: 'la faute à autrui'", conclut M. Vande Lanotte. (Belga)

Nos partenaires