USA: un chercheur belge décroche une 2e bourse pour ses travaux sur l'amyotrophie spinale

20/01/14 à 12:54 - Mise à jour à 12:54

Source: Le Vif

(Belga) Les chercheurs belge Constantin van Outryve d'Ydewalle et écossais Lyndsay Murray ont décroché chacun une bourse de 62.500 dollars pour leurs travaux de recherche sur l'amyotrophie spinale (SMA), nom donné à un groupe de maladies héréditaires caractérisées par une faiblesse et une atrophie des muscles, lit-on lundi sur le site de l'organisation FightSMA.org. En avril dernier, ils avaient déjà décroché une première bourse de 25.000 dollars pour ces mêmes travaux.

Le chercheur belge, titulaire en 2007 d'un diplôme de Master en Sciences biomédicales à la KULeuven, effectue un post-doctorat dans la même université. Dans ce cadre, il étudie actuellement à la Johns Hopkins University de Baltimore (Maryland - est des Etats-Unis). En avril 2013, Constantin van Outryve d'Ydewalle et Lyndsay Murray (de l'Ottawa Hospital Research Institute) ont fait partie des cinq lauréats des "FightSMA and Gwendolyn Strong Foundation Emerging Investigator Awards", remis par deux organisations (FightSMA et la Gwendolyn Strong Foundation) luttant contre cette maladie pour laquelle aucun traitement n'existe actuellement. A ce titre, ils avaient reçu une bourse de 25.000 dollars. La subvention de 62.500 dollars qu'ils viennent chacun de décrocher couvrira cette fois les projets de recherche d'une année entière. "Je suis profondément honoré d'être récipiendaire" de cette récompense, a réagi M. van Outryve d'Ydewalle. "Je remercie les deux organisations pour leur confiance en moi (...) et en notre projet qu'ils sont prêts à financer", a-t-il ajouté. S'attaquant aux cellules nerveuses qui stimulent et commandent les muscles volontaires, la SMA entraîne leur détérioration. Ce faisant, les neurones moteurs qui se trouvent dans la moelle épinière ne sont plus en mesure de transmettre des signaux aux muscles, ce qui empêche ces derniers de fonctionner normalement. Les tissus musculaires s'affaiblissent alors pour ensuite s'atrophier. (Belga)

Nos partenaires