USA - Obama esquive l'idée d'une amnistie pour Snowden, regrette ses "dégâts"

20/12/13 à 22:56 - Mise à jour à 22:56

Source: Le Vif

(Belga) Le président Barack Obama a esquivé vendredi la question d'une amnistie pour l'ex-consultant Edward Snowden et dit regretter les "dégâts inutiles" provoqués par ses révélations sur l'ampleur des opérations de surveillance des Etats-Unis.

"Aussi important et nécessaire que ce débat ait été, il est aussi important de garder à l'esprit que cela a provoqué des dégâts inutiles aux capacités de renseignement et à la diplomatie des Etats-Unis", a affirmé M. Obama lors d'une conférence de presse. Interrogé sur la possibilité d'une amnistie pour le jeune homme, réfugié en Russie, contre un retour de documents volés relatifs aux opérations de l'agence de renseignement NSA, M. Obama a refusé de se prononcer, au nom de la séparation des pouvoirs: "Il faut que je sois prudent parce que M. Snowden a été inculpé" d'espionnage par la justice fédérale, a remarqué M. Obama. "C'est le domaine du ministre de la Justice, et en fin de compte d'un juge et d'un jury". Lundi, la Maison Blanche avait rejeté l'idée d'une amnistie ou même d'une négociation avec M. Snowden, et exigé son retour aux Etats-Unis. Un responsable de la NSA, Rick Ledgett, avait affirmé dans des propos diffusés dimanche par la chaïne CBS que "d'un point de vue personnel", il serait favorable à des négociations avec M. Snowden afin de récupérer les documents en question. Relancé sur ces déclarations, M. Obama s'est borné à remarquer qu'"il y a une différence entre ce que peut dire M. Ledgett et ce que dit le président des Etats-Unis". M. Snowden, qui a provoqué des coups de tonnerre à répétition depuis l'été avec ses révélations sur l'étendue des programmes de surveillance de la NSA aurait dérobé environ 1,7 million de documents. Quelque 58.000 d'entre eux ont à ce stade été confiés à la presse, selon le rédacteur en chef du quotidien britannique The Guardian. (Belga)

Nos partenaires