USA: les armes à feu causent environ 2% des blessures des 4-17 ans

23/04/13 à 23:18 - Mise à jour à 23:18

Source: Le Vif

(Belga) Les armes à feu seraient la cause d'environ 2% des blessures des enfants et adolescents aux Etats-Unis, mais sont plus souvent mortelles que les autres traumatismes physiques, selon une étude publiée mardi dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Ces travaux menés dans deux centres hospitaliers du Colorado de 2000 à 2008 indiquent que sur les 6.930 jeunes de 4 à 17 ans reçus au service des urgences au cours de cette période, environ 2%, soit 129, ont été traités pour des blessures par balle. Mais la moitié (50,4%) de ces blessés ont dû être soignés dans le service des soins intensifs et 17 d'entre eux, soit 13%, sont décédés, précisent les médecins auteurs de cette recherche. Seuls 1,7% des autres jeunes dont la blessure n'était pas due à une arme à feu sont morts. Dans la plupart des cas, ces blessures par balles sont auto-infligées volontairement ou accidentellement. Ces chercheurs ont indiqué que leur étude était limitée dans son étendue et aussi par le fait qu'elle ne prenait pas en compte les décès par balles intervenant sur le lieu de l'incident, et ont appelé à réaliser d'autres enquêtes similaires. Les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont arrêté des recherches sur les blessures par balle dans le milieu des années 1990 après que le Congrès, sous la pression des lobbys des armes, leur a coupé les fonds. Après la tuerie de Newtown dans le Connecticut, qui a coûté la vie dans une école à 20 enfants et 6 adultes, le président Barack Obama a ordonné par décret aux CDC notamment de mener des recherches sur les actes de violence avec des armes à feu. Sa tentative de durcir la législation sur la possession d'armes à feu n'a en revanche pas pu passer l'obstacle du Congrès. Environ un tiers des foyers américains avec des enfants ont des armes à feu dont un grand nombre ne sont pas gardées dans des lieux sûrs, selon une étude publiée lundi dans le Journal of Internal Medicine, une publication du JAMA. (Belga)

Nos partenaires