USA/Espionnage - Tant que je suis président, Merkel n'a pas à s'inquiéter, dit Obama à la TV allemande

18/01/14 à 21:54 - Mise à jour à 21:54

Source: Le Vif

(Belga) Le président américain Barack Obama a assuré que la chancelière Angela Merkel n'avait "pas à s'inquiéter" de la confidentialité des communications des Allemands "tant (qu'il était) président des Etats-Unis", dans un entretien à la télévision allemande samedi.

"Tant que je suis président des Etats-Unis, la chancelière allemande n'aura pas à s'inquiéter" d'une surveillance, a déclaré M. Obama dans un entretien à la chaîne de télévision publique allemande ZDF qui devait être diffusé samedi en fin de soirée mais dont la chaîne a montré quelques extraits plus tôt. Selon M. Obama les deux pays entretiennent une "relation d'amitié et de confiance". "Je n'ai pas besoin, et je ne veux pas, nuire à cette relation par un mécanisme de surveillance qui se mettrait en travers de (la relation de) communication et de confiance que nous avons", a-t-il dit. Son interview à la télévision allemande intervient après des annonces vendredi sur son intention de rogner sur les pouvoirs de l'agence de renseignement américaine NSA, soupçonnée d'avoir espionné des dirigeants étrangers dont un téléphone portable de la chancelière elle-même. Ses annonces ont été accueillies de manière mitigée en Allemagne. Le porte-parole de Mme Merkel avait salué vendredi "le fait que la protection des données et les droits de la personne seront à l'avenir davantage respectés, notamment pour les citoyens non-américains". Mais samedi, les réactions étaient plus critiques. Le président de la commission des Affaires étrangères du Bundestag, Norbert Röttgen, issu du parti conservateur CDU de la chancelière, a estimé que les annonces de M. Obama étaient "techniques" et ne répondaient "malheureusement pas au véritable problème", parlant d'une "divergence transatlantique" dans la pondération de liberté et sécurité. Le ministre de la Justice, le social-démocrate Heiko Maas, a vu dans les projets du président "un premier pas". La confiance de l'Allemagne dans son partenaire américain ne sera restaurée que "quand nous aurons signé un accord qui protège de manière juridiquement contraignante les données de tous les citoyens", a-t-il dit au journal Bild am Sonntag à paraître dimanche. (Belga)

Nos partenaires