USA/Espionnage - Connaître les intentions des dirigeants étrangers est un "principe fondamental"

29/10/13 à 22:29 - Mise à jour à 22:29

Source: Le Vif

(Belga) Connaître les intentions des dirigeants étrangers est un "principe fondamental" pour tout service de renseignement, a estimé mardi le directeur national du renseignement (DNI) américain James Clapper, sans toutefois évoquer une éventuelle interception des communications d'Angela Merkel.

"Depuis 50 ans que je travaille dans le renseignement, connaître les intentions des dirigeants est un principe fondamental de ce que nous essayons de recueillir et d'analyser", a-t-il reconnu lors d'une audition devant la commission du renseignement de la Chambre des représentants. Il s'agit notamment de "déterminer si ce qu'ils disent correspond à ce qui se passe. Il est indispensable pour nous de savoir où les pays vont, ce que sont leur politique, comment cela a des conséquences sur nous dans toute une série de domaines", a expliqué M. Clapper, qui supervise les 16 agences de renseignement américaines, dont la NSA chargée des interceptions de communications. Les révélations de l'ampleur de l'espionnage de la NSA en Europe ont déclenché une tempête diplomatique dans les capitales européennes, plus particulièrement en Allemagne, où les révélations sur l'écoute d'un téléphone portable de la chancelière ont créé un choc. Interrogé par un élu sur le fait de savoir si des pays "alliés" conduisent ou ont mené des activités d'espionnage contre les Etats-Unis ou leurs dirigeants, James Clapper et le directeur de la NSA, le général Keith Alexander ont répondu par l'affirmative. M. Clapper a par ailleurs laissé entendre que les membres de la délégation de parlementaires européens en visite à Washington pour demander des comptes à l'administration américaine sur les activités d'espionnage dans l'Union européenne pouvaient ne pas avoir connaissance des actions des services de renseignement de leur propre pays. "Souvent les hommes politiques, qui vont et viennent, ne sont pas familiers avec la façon exacte dont leurs opérations de renseignement sont menées. Et j'ajouterais qu'il n'y a aucun autre pays au monde dans lequel il y a un tel degré de supervision des services de renseignement que le nôtre", a-t-il lancé aux parlementaires. (Belga)

Nos partenaires