Une pyromane exhibitionniste égarée entre systèmes judiciaire et psychiatrique

05/02/13 à 15:45 - Mise à jour à 15:45

Source: Le Vif

(Belga) Le tribunal correctionnel de Charleroi a examiné par défaut, mardi, le cas de Jessica R., une jeune femme de 23 ans poursuivie pour avoir bouté le feu à des poubelles et s'être dénudée en public. Le parquet estime qu'elle relève de la défense sociale et réclame son internement, afin de lui éviter le système carcéral classique, inapproprié pour elle.

Jessica R. est soupçonnée de plusieurs incendies volontaires et outrages aux moeurs. Impossible à localiser depuis sa dernière libération en 2011, elle faisait défaut à l'audience. Selon le parquet, la prévenue souffre d'un problème psychiatrique qui l'amène à appeler à l'aide en boutant le feu à des poubelles et des portes, ou à se dénuder en public, comme elle l'a fait au corps de garde du palais de justice lors de sa dernière interpellation, en juillet 2011. Le juge d'instruction l'avait alors placée sous mandat d'arrêt et rendu une ordonnance psychiatrique. Faute de place dans un établissement spécialisé, elle avait intégré le système carcéral classique, inapproprié pour elle. L'expertise psychiatrique qui figure au dossier diagnostique des problèmes comportementaux et non une maladie mentale. Selon celle-ci, une réponse judiciaire est plus appropriée qu'un internement. Le parquet estime au contraire que la prévenue relève de la défense sociale et que le tribunal doit écarter ce rapport. Jugement le 5 mars. (MUA)

Nos partenaires