Une plus grande quantité de CO2 se fraie un chemin vers la mer

10/06/13 à 15:50 - Mise à jour à 15:50

Source: Le Vif

(Belga) Une importante proportion des émissions de carbone d'origine anthropique ne reste pas stockée dans l'écosystème terrestre mais se fraie un chemin vers les océans. C'est ce qui ressort d'une étude menée par l'Université Libre de Bruxelles (ULB) en collaboration avec l'Université d'Anvers. On admettait généralement des écosystèmes terrestres comme les forêts assimilent davantage de CO2.

Une plus grande quantité de CO2 se fraie un chemin vers la mer

Jusqu'à présent, on considérait que la terre et la mer absorbaient chacune un quart du dioxyde de carbone dégagé dans l'atmosphère par les activités humaines, mais les chercheurs ont prouvé qu'une grande partie de ces émissions ne reste pas stockée dans les écosystèmes terrestres. Les scientifiques appellent ce phénomène "missing carbon sink". Les chercheurs de l'ULB, ensemble avec ceux de l'Université d'Anvers ont, sur base de données publiées précédemment, démontré que des écosystèmes comme les forêts notamment absorbaient bien le CO2 mais que celui-ci est relâché et atterrit finalement dans la mer via les ruisseaux et les rivières. "Par conséquent, la quantité de dioxyde de carbone réellement piégée par les écosystèmes terrestres serait environ 40% inférieure aux dernières estimations publiées par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC)", selon un communiqué publié lundi. Selon le chercheur Pierre Regnier (ULB), le bilan posé par le GIEC surestime donc la capacité réelle de stockage du carbone des écosystèmes terrestres et il faudra en tenir compte lors de l'établissement des futurs bilans carbone mondiaux. Selon les scientifiques, l'augmentation du CO2 dans la mer et les rivières pourrait aussi permettre une meilleure conservation du dioxyde de carbone que dans le sous-sol continental. L'étude publiée dans le magazine Nature Geoscience contient, selon les chercheurs, encore un certain nombre d'incertitudes concernant le bilan carbone mondial établi. (Belga)

Nos partenaires