Une étudiante franco-turque jugée pour terrorisme en Turquie

26/09/12 à 09:59 - Mise à jour à 09:59

Source: Le Vif

(Belga) Le procès d'une étudiante franco-turque soupçonnée de liens avec une organisation interdite d'extrême-gauche, dont le cas a suscité un élan de solidarité en France, s'est ouvert mercredi devant une cour d'assises de Bursa, dans le nord-ouest de la Turquie.

Sevil Sevimli, 20 ans, s'est présentée à l'audience avec cinq autres personnes arrêtées en même temps qu'elle, a constaté un journaliste de l'AFP. Arrivée de Lyon au début de l'année à Eskisehir (nord-ouest), dans le cadre d'un échange universitaire européen, elle a été arrêtée et incarcérée le 10 mai. Après trois mois passés en prison, elle a été remise en liberté sous contrôle judiciaire début août, avec interdiction de quitter la Turquie. Sevil Sevimli encourt entre 15 et 32 ans de prison pour "appartenance à une organisation terroriste" et "propagande en faveur d'une organisation terroriste", selon son avocat Me Sami Kahraman. Les procureurs l'accusent de liens avec une organisation d'extrême-gauche proche de la cause kurde et interdite en Turquie, le Parti/Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C). Auteur de nombreux attentats depuis la fin des années 1970, cette organisation a revendiqué le 11 septembre un attentat suicide qui a coûté la vie à un policier à Istanbul. La justice reproche à Sevim Sevimli d'avoir participé au grand défilé syndical du 1er mai à Istanbul, d'avoir manifesté en faveur de la gratuité de l'éducation en Turquie et d'avoir assisté, avec des milliers d'autres, à un concert de Grup Yorum, un groupe engagé à gauche et traqué par la justice. Le cas de la jeune femme a suscité un élan de mobilisation en France, où la pétition ouverte par son comité de soutien a déjà recueilli 120.000 signatures. (PVO)

Nos partenaires